Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 19:18

Ben c’est pas la fête...

 

            Je me souviens... le lendemain des assassinats à Charlie Hebdo un des survivants disait “ma pire angoisse c’est l’oubli, l’actualité chassant l’actualité...” Evidemment on oublie. C’est terrifiant mais peut-être heureux, l’optimisme n’existerait pas sinon. Pourtant, et depuis le 21 avril 2002, en france, on flippe ! On flippe mais on ne bouge toujours pas beaucoup... sans doute parce qu’il y a encore des trucs dans le frigo, qu’on part encore un peu en conges payés... qu’on n’est pas en Syrie, en Lybie, en Palestine, au Mali, en Colombie, en Chine, en Birmanie, en Ukraine...

Je ne sais pas si on oublie vraiment en fait, si on ne se planque pas plutôt... à voir l’abstention grandissante d’une élection à l’autre, le discrédit de la caste dite “politique” (sic!)... le tout au bénéfice de qui l’on sait dont on s’effraie des progrès à chaque échéance électorale...

Pour ma part, je ne peux pas m’arrêter, même si on m’empêche, on me bride, on me harcèle, on me sape... Mon optimisme en prend régulièrement pour son grade, c’est parfois mon (sur-)activisme qui me met pour un temps en pilotage automatique... Mais quoi ? On attend le désastre? On espère mourir avant que les indemnités de retraite ne disparaissent ?

M’enfin ?!

Et nos enfants ?!

Et les Syriens ?!

Et les Lybiens, les Palestiniens, les Maliens, les Colombiens, les Chinois, les Birmans, les Ukrainiens… ?! 

Allez allez allez ! ! ! 

Je fourbis mes armes, MON arme, ma préférée, la Poésie !

Et je suis fier, a fortiori dans l’état actuel de la Ferme du Bonheur (mais on se relève, lentement, douloureusement, on sait que ça va être long... mais on se relève !!!), fier de vous annoncer qu’après la traditionnelle fermeture hivernale:

 

La Saison est ouverte ! ! ! 

 

Et comme chaque année, l’intronisation classique:

 

Le Printemps des Poètes

 

         En 2015, on nous propose le thème “ Insurrection poétique ”... Je vous en ai concocté le programme qui suit, de sacrément haute volée ! Alors on retrousse ses manches...

 

“Et maintenant nous chanterons l’amour

car il n’y a pas de révolution sans amour”

 

Samedi 21 et dimanche 22 mars : 

 

 Dévoilement de la Palissade des Poètes, dans ses habits 2015

“Insurrection poétique”

Samedi 21

 

  • 16h: Présentation du livre de Hacène Belmessous, fruit de sa résidence d’écriture à la Ferme: “Le grand Paris du séparatisme social”. Plus d'infos ici... 
  • 19h: La soupe !!!
  • 20h: Cinéma: “Eau argentée”, film franco-syrien d’Ossama Mohammed et Wiam Simav Bedirxan. Plus d'infos ici... 

 

Dimanche 22

 

  • 14h: comme tous les dimanches toute l’année, travaux agro-poétiques au Champ de la Garde sur le P.R.É.
  • 19h: La soupe !!!
  • 20h: Concert: Lieder de Schubert transcrits par Bernard Cavanna pour quatuor. Un aperçu ici...

 

La soupe, comme toujours, ne sera pas chère, la causerie du samedi a-m ne se paye pas, le film et le concert sont au “prix à discrétion”

 

 Dévoilement de la Palissade des Poètes dans ses habits 2015 

         Comme tous les ans, je m’amuse avec le thème choisi par les organisateurs de cet événement qui a dépassé les frontières nationales. Vous le savez, la notion de poésie m’est chère, vous le reconnaissez souvent, et cette Palissade qui borde la Ferme en est l’étendard le plus... volumineux : près de 100 mètres de long à l’entrée de l’université, de part et d’autre de la porte d’entrée de la Ferme, la Palissade des Poètes est vue, photographiée, filmée... chaque jour par des milliers d’automobiles qui démarrent au carrefour de l’avenue de la République, ex N186, et par des milliers d’étudiants. La cerise sur le gâteau, c’est que cette Palissade est un parfait palimpseste, un palimpseste agro-poétique: au Printemps, flambant neuve, elle projette ses paroles, ses vers ; puis la vigne plantée devant la cache lorsque les feuilles et les grappes croissent; enfin, l’Hiver, elle réapparait, rare signe de beauté dans la sinistrose “urbaine” locale... jusqu’au Printemps suivant où elle revêt ses habits de l’année nouvelle...

         Je ne me suis pas encore décidé des paroles pour cette année 2015, entre celle de Jean Sénac “et maintenant nous chanterons l’amour car il n’y a pas de revolution sans amour” et de mon cher Jean Genet “(...) l’entreprise révolutionnaire d’un homme ou d’un peuple a sa source en leur génie poétique, plus justement, (...) cette entreprise est la conclusion inévitable du génie poétique (...)”

         Je fouille encore... Vous verrez bien...

  

Samedi 21 mars

 

16h: Discussion à l’occasion de la parution du livre de Hacène Belmessous “le Grand Paris du séparatisme social” issu de sa résidence d’écriture à la Ferme du Bonheur

         Voilà 3 ans que Hacène arpente la Ferme du Bonheur et “ses terres”, depuis que je l’avais invité à intervenir en périphérie de ma mise en scène sur Khaled Kelkal (ennemi public n°1 de l’ère des attentats dont le plus grave eut lieu au RER St Michel en 1995), après avoir entendu France Culture évoquer son livre “Opération Banlieues”. Depuis, il a assisté à de nombreuses actions de la Ferme, et tout particulièrement aux travaux agro-poétiques des  Dimanches au Champ de la Garde, où le mouvement public que j’ai intenté en 2008, cette “prise d’autorité commune, libre, spontanée, aléatoire, précaire...” sur la dernière friche sauvage et libre du projet urbain mégalomane de poursuite de l’Axe historique “du Louvre... à l’infini”, ce mouvement donc l’avait touché, comme geste politique citoyen remarquable, une occupation “engagée” résolue à faire valoir la possibilité d’une autre ville possible”...

         Je ne suis pas vraiment dans cette posture “révolutionnaire”, même si on m’affuble souvent de ce qualificatif, préférant largement celle de “constructeur”, “expérimentateur”, “qui propose”... Nos échanges avec Hacène en sont... enlevés ! On se risquera ce samedi 21 à croire en la capacité de modérateur d’Andreï Feraru, que vous avez souvent vu et entendu à la Ferme, architecte, en charge du Grand Paris pour l’équipe MVRDV-Winy Maas...

         Du haut verbe, à gauche toute mais on surveille...

La résidence a reçu le soutien du Conseil Régional d’Ile de France 

 

19h: la Soupe !      

         A-t-on encore besoin de gloser sur la cuisine de la Ferme du Bonheur? Vous verrez le jour J ce qui vous sera proposé, on ne sait pas nous-mêmes encore ce que le marché et/ou les copains nous fourniront... ni qui cuisinera...

 

20h: Cinéma: “Eau argentée” film franco-syrien d’Ossama Mohammed et Wiam Simav Bedirxan

2014/103mn/couleur/VOSTF - Interdit aux moins de 16 ans

« En Syrie, les Youtubeurs filment et meurent tous les jours. Tandis que d’autres tuent et filment. A Paris, je ne peux que filmer le ciel et monter ces images youtube, guidé par cet amour indéfectible de la Syrie. De cette tension entre ma distance, mon pays et la révolution est née une rencontre. Une jeune cinéaste Kurde de Homs m’a « Tchaté » : « Si ta caméra était ici à Homs que filmerais-tu ? » Le film est l’histoire de ce partage. »

Ce film a fait lourde impression à Cannes l’an passé ; sorti en salles le 17 décembre dernier, il est encore projeté un peu partout, tant sa singularité interpelle sur ce qu’il se passe en Syrie.

Je connais Potemkine, la société qui le distribue et qui nous fait le cadeau de nous permettre de le projeter à la Ferme, avec l’accord d’Ossama, qui aurait été présent si Beyrouth ne l’avait pas sollicité au même moment ! On le comprend mais Mathieu de Potemkine sera là et on lira quelques textes d’Ossama et de Wiam.

Accrochez-vous, c’est beau et grave ! 

 

Dimanche 22 mars

 

14h: Travaux des Champs

         On ne déroge JA-MAIS aux travaux agro-poétiques au Champ de la Garde sur le P.R.É, finalement exemplaire d’insurrection poétique: comment vous et nous avons “pris autorité” sur une parcelle d’un des plus mégalomanes projets urbains du monde, humblement, librement, collectivement... En avons fait ce bijou de ruralité au coeur d’un des pires désastres métropolitains ! On amène son goûter, la Ferme fait le thé à la menthe, le café, prend du pain et des confitures... On suit les moutons, le cochon, les oies ou le dindon de la Ferme au Champ à 5/10 mn et on bosse... Ou pas...

 

19h: la Soupe !

 

20h: Le Concert : des Lieder de Schubert débauchés par Bernard Cavanna, et son Trio n°1 pour accordéon 

         Proposé par Noémi Schindler, un ange...

         Noémi nous a immédiatement soutenu à l’annonce de la catastrophe de l’année dernière... Un soutien qui passe aussi par sa passion, la musique ! Brillante violoniste, elle est aussi la muse de Bernard Cavanna, directeur du Conservatoire de Gennevilliers, lui aussi soutien de la Ferme (on lui doit le demi-queue Pleyel qui trône au bout de la salle de bal), compositeur contemporain à l’oeuvre aussi facétieuse que... lui-même... En l’occurrence, le voilà à transcrire des Lieder de Schubert pour soprano, violon, violoncelle... et accordéon !

         Noémi nous propose un concert de certains de ces Lieder, des célèbres comme mon préféré, “Erlkönig”, et d’autres comme celui que vous pouvez entendre sur le lien qui suit; elle sera accompagnée d’Isa Lagarde au chant, Atsushi Sakai au violoncelle et Anthony Millet à l’accordéon. On aura aussi la joie d’entendre une pièce de Bernard, le très contemporain Trio n° 1 ! ! !

 

Encore un week-end

hors de l’espace et du temps...

 


 Prochainement à la Ferme du Bonheur

 

  • Électro d’Bal « Babadochia !!!» Samedi 28 mars de 14 à 22h. Toujours en association avec la bonne bande de dj’s « la Mamie’s »
  • Conférence : Fêter La création d'un commun éphémère  vendredi 10 avril  Une rencontre-débat du Master professionnel Projets culturels dans l’espace public de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • La Table d’Hôtes : formule bouillon en attendant la réouverture en grand, tous les mercredis et jeudis de 16h à 22h et les dimanches de 14 à 20h ; des goûters, des soupes, des petites et belles assiettes... en mode tapas ou zakouski... au chaud dans la salle de bal, dans la cour au soleil, autour de la cheminée en mi-saison..
  • Tous les dimanches : Travaux agro-poétiques au Champ de la Garde sur le P.R.É. Transhumance de la Ferme au Champ à 14h, à 15h dès le mois prochain

 


En RER, c’est mieux, d’autant plus avec le dézonage !!!

RER A direction St Germain en Laye, Arrêt Nanterre Université. Traversez la Fac. Longez la Palissade des Poètes  avec des cirques derrière, des vignes devant. Soudain, 2 pianos s’enfoncent dans la terre ! Passez entre : Porte en bois, cloche en bronze...

En voiture, tant pis pour vous !

Porte Maillot, direction La Défense, puis A14 Poissy Rouen. Prendre ensuite l’A86 direction St Germain en Laye. Prendre la 1ère sortie n°36 (Nanterre centre). Au feu à gauche, encore au feu à gauche. Environ 2,5 Km plus tard, à droite : Nanterre Université. Entrez, garez-vous. Palissade des Poètes, porte en bois, cloche en bronze...

***

La Ferme du Bonheur

220 avenue de la République 92000 Nanterre

01 47 24 51 24

contact@lafermedubonheur.fr

 

Partager cet article

Published by La Ferme du Bonheur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Ferme du Bonheur
  • La Ferme du Bonheur
  • : La Ferme du Bonheur est une cellule de recherche et de réflexion sur l’Homme et la Terre qui utilise la culture sous toutes ses formes (théâtre, musique, danse, arts plastiques, cinéma…) mais aussi l’action sociale et la pédagogie…ou encore l’urbanisme, l’architecture, l’environnement, l’agriculture, l’écologie…
  • Contact

Livre

La Ferme du Bonheur

http://www.actes-sud.fr/sites/default/files/couv_jpg/9782742763894.jpg

Edition Acte Sud

Disponible chez :

Piceminister

Amazon

Recherche

NDLR

La culture, mot et concept est d’origine romaine. Le mot "culture" dérive de « colere » - cultiver, demeurer, prendre soin, entretenir préserver - et renvoie primitivement au commerce de l’homme avec la nature en vue de la rendre propre à l’habitation humaine. En tant que tel, il indique une attitude de tendre souci, et se tient en contraste marqué avec tous les efforts pour soumettre la nature à la domination de l’homme.

Hannah Arendt, La crise de la culture.