Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 17:11
Prolongation !

« L’homme qui plantait des arbres » semble toucher du monde puisque ceux qui l’ont vu en parlent, en parlent, en parlent… et des réservations arrivent alors qu’on s’est arrêté le 23 octobre… De plus, on sait qu'on le jouera au Printemps au château de la Roche-Guyon et en août au château de La Chaux en Morvan...

Alors on reprend !!!

12 nouvelles dates, les samedis et dimanches jusqu’au 13 décembre, avec un tout petit aménagement horaire puisque qu’une des dernières stations de la promenade perd en beauté si le ciel est couvert alors que la nuit tombe…

Le spectacle commencera donc une heure et quart avant le coucher du soleil !

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voilà presque 23 ans que la Ferme du Bonhe
ur est née, à Nanterre, bientôt 8 que nous avons investi avec le public, à quelques centaines de mètres de là, les 4,5 hectares de ce que nous avons appelé le Champ de la Garde, une friche sauvage et libre derrière le quartier d’affaires de la Défense, sur le fameux Axe Historique. Ces deux lieux sont les premières étapes de « la Fabrique du P.R.É », notre grand-œuvre « d’agro-poésie ».

Le spectacle de Roger des Prés, « L’homme qui plantait des arbres » de Jean Giono, propose de (re)visiter ce P.R.É -Parc Rural Expérimental-, notre territoire, matériel et immatériel, ce petit monde hors de l’espace et du temps où les arts, l’action sociale, les techniques, l’agriculture, l’écologie… se nourrissent les uns des autres… ne font qu’un, ce que nous appelons notre Culture. Nous raconterons comment un homme, seul, humblement, avec des moyens dérisoires sans doute inconcevables en notre ère ultra-technologique, ultra-capitaliste, peut commettre une véritable révolution, sans même le savoir, encore moins y postuler… et la plus belle des révolutions, une révolution douce, sans conflit, sans brutalité… sans victime !

Le spectacle se jouera «en marche», sur le chemin de la Ferme du Bonheur au Champ de la Garde, puis le campus de la fac et le retour à la Ferme « où l’on rencontre dans les chemins des hommes et des femmes bien nourris, des garçons et des filles qui savent rire et ont repris goût aux fêtes… » (J. Giono)

DISTRIBUTION

Interprétation : Jaki, Roger des Prés, les moutons, le chien…

Production, diffusion : Anne Métrard

Régie : Basile Boisseau

Constructions : Alain Juteau, Mathieu Ohlman, Hugo Khalifa… et les « Paysans du dimanche »

Création sonore : Pierre-Vincent Chapus

Administration : Henri Morawski

Presse : Anne Métrard, Roger des Prés

DU 7 NOVEMBRE au 13 DECEMBRE 2015

NOVEMBRE : samedi 14 à 15h54 / dimanche 15 à 15h53 / samedi 21 à 15h46 / dimanche 22 à 15h45 / samedi 28 à 15h40 / dimanche 29 à 15h40

DECEMBRE : samedi 5 à 15h37 / dimanche 6 à 15h36 / samedi 12 à 15h35 / dimanche 13 à 15h36

La Ferme du Bonheur ouvrira ses portes une demi-heure auparavant pour papoter, draguer, discourir sur les instabilités des choses de ce monde et nos idées pour y remédier… avec à la main un vin chaud, un thé à la menthe, un café, un Malbec 2014…

Tarifs : 12/15€ - Durée : 1h45
Réservation : 01 47 24 51 24 ou contact@lafermedubonheur.fr

Partager cet article

Published by La Ferme du Bonheur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Ferme du Bonheur
  • La Ferme du Bonheur
  • : La Ferme du Bonheur est une cellule de recherche et de réflexion sur l’Homme et la Terre qui utilise la culture sous toutes ses formes (théâtre, musique, danse, arts plastiques, cinéma…) mais aussi l’action sociale et la pédagogie…ou encore l’urbanisme, l’architecture, l’environnement, l’agriculture, l’écologie…
  • Contact

Livre

La Ferme du Bonheur

http://www.actes-sud.fr/sites/default/files/couv_jpg/9782742763894.jpg

Edition Acte Sud

Disponible chez :

Piceminister

Amazon

Recherche

NDLR

La culture, mot et concept est d’origine romaine. Le mot "culture" dérive de « colere » - cultiver, demeurer, prendre soin, entretenir préserver - et renvoie primitivement au commerce de l’homme avec la nature en vue de la rendre propre à l’habitation humaine. En tant que tel, il indique une attitude de tendre souci, et se tient en contraste marqué avec tous les efforts pour soumettre la nature à la domination de l’homme.

Hannah Arendt, La crise de la culture.