Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 16:02

affiche-AFTAM-12-05-12.jpg

 

Quand on dit de Nanterre que c’est une ville « populaire », que sa réputation était sulfureuse jusqu’à à peine plus d’une décennie où la gentrification périparisienne ne pouvait plus s’exonérer de coloniser les délaissés et autres aubaines immobilières, il n’en reste pas moins que près de 60% de l’habitat est en HLM, synonyme de quartiers, de cités… ghettos. 

         L’illustre bien d’ailleurs le quartier du Parc, classé par Sarkozy, alors à ministre de l'Intérieur, parmi 24 quartiers « hautement criminogènes, honte de la France », où je me suis piqué d’aller habiter, menant une aventure artistique passionnante, pertinente, reconnue des habitants… malgré les tentatives castratrices de l’Office HLM… Minicipal !

         Là haut, depuis mon 35ème étage, j’ai pu prendre la mesure complète de la ségrégation urbaine : pas seulement ethnique même si le pourcentage est sacrément conséquent, mais aussi sanitaire – un nouveau voisin me disait récemment avoir été surpris du nombre de gens malades, en béquilles, boitant… –, en termes d'absence de services publics, de commerces, etc. et enfin générationnel, comme en atteste notamment la présence de nombreux « foyers de travailleurs », qui défraient la chronique parfois, quand on veut bien voir le nombre de vieillards, plus tout à fait citoyens de leur pays d’origine, et certainement jamais français, dont on s’aperçoit qu’ils sont morts, seuls, parce que ça sent le cadavre à leur étage…

        

         Alors là aussi, malgré l’ « enclumite » des administrations, les bâtons dans les roues, les refus de financements… nous autres, don Quijotes de la Ferme, allons tenter d’apporter un peu de notre Bonheur, ouvrir les portes, dérouiller les grippages, changer le regard… révéler la Beauté ! Voilà, plusieurs fois où nous sommes allés au Foyer Rouget de L’Isle, une tour bien vétuste, carrée, de 10 étages de 20 chambres de 7m² (!) chacun, coincée entre un groupe scolaire, le flambant neuf Centre de Secours, et la Cité-caserne de la Garde Républicaine. On y a amené les moutons, restauré la tentative minicipale de jardin partagêt (4m² inaugurés en grande pompe à l’occasion des pathétiques « Assises de l’écologie urbaine » en 2010… et aussitôt abandonnées !) en multipliant la surface par 20 à l’aide des premiers pensionnaires intéressés, déployé dans la salle commune notre vieille Khaïma « du bled », celle qu’on avait baladé l’été 2004 dans nos cités voisines de la Ferme, une tente en laine que nous proposons de restaurer avec l’expertise des vieux maghrébins résidents.

         Aujourd’hui, une convention avec le bailleur nous enjoint à la célébration ! Nous avons donc le Bonheur de vous convier tous à pique-niquer avec eux et nous samedi 12 mai de 10h à 18h au Foyer AFTAM, à 5 minutes du RER Nanterre Ville, 10 minutes de Nanterre Université… 5 minutes de la Ferme, où on peut vous accueillir pour vous expliquer le chemin.

 

         Le pays de la france a eu besoin de ces travailleurs, il est juste que nous affirmions ce partage avec… Bonheur!!!

 

 

On vous attend !

Partager cet article

Published by La Ferme du Bonheur - dans Action Sociale
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Ferme du Bonheur
  • La Ferme du Bonheur
  • : La Ferme du Bonheur est une cellule de recherche et de réflexion sur l’Homme et la Terre qui utilise la culture sous toutes ses formes (théâtre, musique, danse, arts plastiques, cinéma…) mais aussi l’action sociale et la pédagogie…ou encore l’urbanisme, l’architecture, l’environnement, l’agriculture, l’écologie…
  • Contact

Livre

La Ferme du Bonheur

http://www.actes-sud.fr/sites/default/files/couv_jpg/9782742763894.jpg

Edition Acte Sud

Disponible chez :

Piceminister

Amazon

Recherche

NDLR

La culture, mot et concept est d’origine romaine. Le mot "culture" dérive de « colere » - cultiver, demeurer, prendre soin, entretenir préserver - et renvoie primitivement au commerce de l’homme avec la nature en vue de la rendre propre à l’habitation humaine. En tant que tel, il indique une attitude de tendre souci, et se tient en contraste marqué avec tous les efforts pour soumettre la nature à la domination de l’homme.

Hannah Arendt, La crise de la culture.