Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 15:03

Concert 11 nov affiche

 

Une fois n'est pas coutume, il va y avoir du rock'n roll à la Ferme du Bonheur !!!

  

 Juste parce que j'ai trempé dedans à mon arrivée à Paris, jeune et naïf, au début des années 80, où les Béruriers Noirs se permettaient de chanter

"salut à toi le dromadaire,

salut à toi tonton Albert,

salut à toi qu'es à la masse

salut aussi à Fantomas,

salut à toi Roger des Prés,

salut à toi l'endimanché,

salut à tous les paysans,

salut aussi à Rantanplan"

            Bon sang ! Qu'est-ce qu'on a rigolé ! C'était les dernières années d'insouciance en france mitterrandienne, le début de la fin... On était loin d'imaginer la brutalité d'aujourd'hui...

Enfin, si tous avons tracé depuis nos chemins, moi, je n'ai pas pu lâcher mon comparse de l'époque, mon Endimanché de Jean des Champs, qui, lui aussi, a glissé vers le théâtre, enfin... UN théâtre, pas le Marivaux à l'Odéon, non !, plutôt "la Divine Comédie" à la Fonderie au Mans, "Chaînes" d'Henri Michaux à l'Echangeur à Bagnolet, voire "les transparents" de René Char à la Ferme du Bonheur !!!

Bref, j'aime son travail, parfois jusqu'à m'en pâmer et je le harcèle pour qu'il revienne en pondre un à la Ferme ! Et voilà que Monsieur revient au rock'n roll !!! Que voulez-vous que j'y fasse ? Tan pis ! Je lui donne la Ferme... Et il invite des amis en plus ! Lisez donc ce que chacun de ces groupes me propose pour dire ce qu'ils font...

"Missfist est un groupe de musique relatant les plus grands moments de notre enfance lorsqu'on jouait aux cowboys , qu'on regardait des mangas ultra violents aux doublages douteux, ou lorsqu'on jouait à courir dans les cages d'escaliers quand la lumière s' éteignait, en criant "y'a la dame blanche haaaaaaa!" C'est un groupe qui laisse surement sous entendre aux adultes qu'ils vivent dans un monde de merde."

« Meurtre est un cri, une musique de terrier urbain, une secousse sismique, un mouvement de panique permanente, un  tourment viscéral, un décervelage en marche, un désastre radiophonique… en bref un moment de joie qui s'annonce mal… »

« Traîner dans les rues - Se chercher dans les poubelles - Ramasser de la ferraille - pour cogner dessus… voilà quelle était (pouvait être) la vie des endimanchés primitifs…  une vieille légende rurale ou une terre usurpée, Roger des prés a depuis inventé sa ferme du…  tandis que Forestier-l’endimanché-rescapé et Pierre-néo-endimanché jouent leur répertoire de fortune, sans poubelles ni ferraille, mais toujours pour cogner dessus…  il est issu des bricolages de la compagnie du même nom : textes de Kafka, Klee, Büchner, Dante, Celan, Harms, Cummings… »


 Pour être plus concis, on peut s'attendre, -disent-ils-, à un blues saturnien des Missfist, un punk martien de Meurtre et du rock'n roll terrien des Endimanchés.

On est, enfin, pas obligé de venir en crête rouge ou verte, ni avec son chien de punk, sa palette de Kro... mais on peut venir en chantant :

"salut à tous les hommes libres,

salut à tous les apatrides, [...]

salut aussi à tous les gosses, [...]

salut à vous tous les zazous, [...]

salut à Laurel et Hardy, [...]

salut à toi Peuple nomade" 

etc !


Partager cet article

Published by La Ferme du Bonheur - dans Musique(s)
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Ferme du Bonheur
  • La Ferme du Bonheur
  • : La Ferme du Bonheur est une cellule de recherche et de réflexion sur l’Homme et la Terre qui utilise la culture sous toutes ses formes (théâtre, musique, danse, arts plastiques, cinéma…) mais aussi l’action sociale et la pédagogie…ou encore l’urbanisme, l’architecture, l’environnement, l’agriculture, l’écologie…
  • Contact

Livre

La Ferme du Bonheur

http://www.actes-sud.fr/sites/default/files/couv_jpg/9782742763894.jpg

Edition Acte Sud

Disponible chez :

Piceminister

Amazon

Recherche

NDLR

La culture, mot et concept est d’origine romaine. Le mot "culture" dérive de « colere » - cultiver, demeurer, prendre soin, entretenir préserver - et renvoie primitivement au commerce de l’homme avec la nature en vue de la rendre propre à l’habitation humaine. En tant que tel, il indique une attitude de tendre souci, et se tient en contraste marqué avec tous les efforts pour soumettre la nature à la domination de l’homme.

Hannah Arendt, La crise de la culture.