Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 14:30

Affiche-EdBal-mai-2012.jpg

 

Je ne voudrais pas me la péter mais il y a de quoi se la péter : encore une fois, on ne se trompe pas à la Ferme du Bonheur, nos idées pourtant bien simples sont un peu justes !!! Certes, injustes financièrement, même si la responsabilité de ce qui nous fait approcher du désastre de la faillite incombe absolument et uniquement à notre minicipalité qui n’en finit pas de prétendre réparer le mal qu’elle nous a fait par notre interdiction au public, pas financièrement donc, mais artistiquement, socialement, politiquement… humainement ! 

         Cet Électro d’Bal l’illustre encore une fois : au son de DJs de la fac, de la ville et de renommée internationale, un nombre  définitivement impressionnant de jeunes gens (et d’autres! moi-même ne suis pas le dernier à exploser sur le dancefloor) se retrouvent dès 16h à la Ferme, venus de la fac, de la ville et de toute l’Ile de France ! 

         On en a même été presque inquiet le dernier en avril! On va être obligés d’aménager de nouveaux espaces pour accueillir tout le monde en paix jeudi 24 mai, dernier de la saison ; en effet, la queue à l’entrée se forme dès l’ouverture, traverse tout le jardin jusqu’à la rue !!! Ensuite, la police, que je me dois de saluer solennellement ici parce qu’elle a été parfaitement compréhensive de l’intérêt de cette fête depuis l’automne dernier où elle a pris l’envergure qu’on sait, en expliquant aux plaintes téléphoniques les enjeux publics de notre Électro d’Bal ; la police donc, est revenue à 23h en nous annonçant un nombre singulièrement élevé de plaintes de voisinage – y compris des étudiants de la cité U !!! Je me suis expliqué très cordialement avec les agents, tous assez jeunes pour connaître parfaitement la culture électro au point de nous défendre… « jusqu’à minuit, n’est-ce-pas ?! » « Je vous l’assure, comme d’habitude !!! » Il est vrai que les jeunes DJs du collectif des « Mamie’s » avaient un sacré talent, de DJ certes mais aussi un tel sens du show que le public reprenait les beat en hurlant parfois plus fort que le son amplifié, que ça dansait dans la rue et sur les pelouses de la fac… aux pieds de la cité Anatole France voisine, et on m’a dit qu’au dernier RER, ça a dansé et chanté à chaque station… jusqu’à Nation !!! 

         Je me suis levé un peu K.O. le lendemain : une fois encore le succès nous serait interdit ?! J’ai fait fondre téléphone et ordinateur jusqu’à réussir à accueillir à la Ferme le commissaire de district et les deux maires-adjointes de référence, culture et associations, pour évoquer l’avenir de l’Électro d’Bal. Là encore, je dois saluer la compréhension parfaite des trois autorités puisque nous nous sommes tous attachés à trouver la méthode et les mesures à prendre pour que tout se passe bien ! On a donc posé officiellement la demande d’autorisation au maire, assuré le doublement de l’équipe de prévention, un stand prévention des risques alcoolo-toxico, on a envoyé un mail aux amicales de locataires et associations locales et on attend le Conseil de Quartier pour aller s’expliquer… d’Hommes à Hommes, avec la grâce de l’accord enjoué de notre résident-star 1er Éric Labbé, trop heureux de descendre dans la cité ! 

 

OUF !

 

On a eu peur !

 

Or donc, tout ça pour vous prévenir du prochain et dernier de la saison :

 

ÉLECTRO D’BAL

« En mai, fais ce qu’il te plait »

 

Je ne vous fais pas l’article sur le Bonheur de cette fête, juste rappeler qu’il y aura la soupe, des crêpes, et vous dire les DJs :

 

La Warm-Up sera assurée par FLD, un régulier de la Ferme qui étudie la philo sur le campus voisin ; il sera rejoint par Vetou, un des premiers DJs de la fac  déboulé à l'Électro d’Bal.

Romain Play (Notone), première star, revient pour la 3ème fois nous offrir un set à partir de 18h.

 Enfin, notre résident star Éric Labbé (Scandale !) vient clore la saison Électro d’Bal en beauté en compagnie de Melody (Katty Booking) et de Buzz l’Ekler (Ekler’o’shock), qui faisait partie de cette même odyssée de l’électro dans des conditions dantesques en décembre.

 

La fine fleur de la nuit parisienne rompue aux joutes de la Ferme du Bonheur pour la dernière !!! 

 

What else ?

 

 

 

La Ferme du Bonheur

Électro d’Bal – « en mai fais ce qu’il te plait »

Jeudi 24 mai – 16h-24h

 

Gratuit avant 18h – Toute sortie avant cette heure-ci est définitive

6€ après 18h – 4.5€ pour les adhérents

Boissons – Soupe – Crêpes

 

***

En RER, c’est mieux

RER A direction St Germain en Laye, Arrêt Nanterre Université sortie 1. Traversez la Fac. Longez la palissade des poètes avec des cirques derrière, des vignes devant. Soudain ! 2 pianos s’enfoncent dans la terre. Passez entre ! Porte en bois, cloche en bronze.

En voiture, tant pis pour vous !

Porte Maillot, direction La Défense, puis A14 Poissy Rouen. Prendre ensuite l’A86 direction St Germain en Laye. Prendre la 1ère sortie n°36 (Nanterre centre). Au feu à gauche, encore au feu à gauche. Environ 2,5 Km plus tard, à droite : Nanterre Université. Entrez, garez-vous. Palissade, porte en bois, cloche en bronze…

Partager cet article

Published by La Ferme du Bonheur - dans Musique(s)
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Ferme du Bonheur
  • La Ferme du Bonheur
  • : La Ferme du Bonheur est une cellule de recherche et de réflexion sur l’Homme et la Terre qui utilise la culture sous toutes ses formes (théâtre, musique, danse, arts plastiques, cinéma…) mais aussi l’action sociale et la pédagogie…ou encore l’urbanisme, l’architecture, l’environnement, l’agriculture, l’écologie…
  • Contact

Livre

La Ferme du Bonheur

http://www.actes-sud.fr/sites/default/files/couv_jpg/9782742763894.jpg

Edition Acte Sud

Disponible chez :

Piceminister

Amazon

Recherche

NDLR

La culture, mot et concept est d’origine romaine. Le mot "culture" dérive de « colere » - cultiver, demeurer, prendre soin, entretenir préserver - et renvoie primitivement au commerce de l’homme avec la nature en vue de la rendre propre à l’habitation humaine. En tant que tel, il indique une attitude de tendre souci, et se tient en contraste marqué avec tous les efforts pour soumettre la nature à la domination de l’homme.

Hannah Arendt, La crise de la culture.