Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 13:55

 

FdB-a-la-Ferme-Geante.jpg

 

La ferme euh… géante…

 

            Voilà une quinzaine d’années, l’amicale des commerçants du vieux centre de Nanterre organisait une ferme géante: de part et d’autre des rues Henri Barbusse et Maurice Thorez tapissées de paille, des dizaines de camelots vendaient des saucissons, des fromages de chèvre, des barbapapas, des bibelots en bois, des crêpes etc. etc. etc. et tous les 5 ou 12 stands, hop, un enclos montrait ici 3 poules, là 2 ânes, une vache, un cheval, 5 moutons etc. etc. etc. Et ça marche! Je veux dire, ni les camelots forains ni  les sédentaires ne vendent beaucoup mais la foule est une réussite en soi…

         J’avais allumé le président  des commerçants d’alors, lui demandant ce qu’il pensait des animaux… de la Ferme du Bonheur, qui vivaient… à 2 km du centre ville : « Ah oui ! C’est vrai ! Ca couterait moins cher en plus » … Et rien ! D’une année sur l’autre… rien ! Enfin, par je ne sais quel deus ex machina, voilà que les amicales des commerçants disparaissent et que… la mairie récupère le bizness ! Et quand j’ai appris il y a 3 ou 4 ans que la location des animaux s’élevait à 30 000 euros, là, j’ai pété un plomb ! 30 000 € pour 2 jours !!! Avec 30 000 €, la Ferme du Bonheur crée un emploi et on a les animaux à Nanterre 365 jours par an, pour les fêtes de quartier, des écoles, des centres de loisirs… ou pour accueillir du monde sur place !!! Et je ne vous dis pas l’option poétique que la Ferme du Bonheur ajouterait à la euh… géante quand partout dans le monde occidental on se réveille et se goberge sur « le vivant en ville » et autre « agriculture urbaine » !!!

         Et Bingo ! Sophie Donzel, 2eme maire adjointe, en charge du développement économique, réalise l’enjeu, reprend notre propos : « profiter de l’opération marchande pour insuffler au public une prise de conscience des enjeux économiques, écologiques, politiques... de l’agriculture, de l’urbanisme… de la société… le tout avec la joie d’œuvres artistiques, de spectacles, de concert, de gastronomie... »  En 2010 donc, historique collaboration Ferme du Bonheur/ Mairie, et malgré quelques bugs et un peu de sous, l’ensemble était réussi … ouf !

 

Cette année, un peu de sous en plus, mon éternelle impatience et mon infernale ambition poétique, on place la barre bien plus haut, et voilà le programme :

- On nous offre , comme l’an passé, un véritable écrin : la place de l’église ! Dont l’entrée sera marquée par un grand porche construit et décoré par les enfants des Centres de loisirs. On a réussi à rassembler les 2 ou 3 assos locales préoccupées d’écologie et d’économie solidaire dont les stands formeront, avec notre tente arabe, une place de village au centre duquel trône un énorme – oui ! oui !  énorme !- brasero construit par Christian, Yamadou et Jean-Claude du Centre Technique Municipal, où la Ferme du Bonheur cuira les 2 jours une espèce de couscous de banlieue et un de ses agneaux en méchoui!!!

- Autre prouesse : ou aura bouché  la rue de l’église de part et d’autre pour laisser tous nos animaux… en LIBERTÉ !!! (si ! si ! ça existe la Liberté !) sauf Didier Cornilliu le bélier qui est vraiment trop méchant mais tellement beau qu’on l’amène en enclos, et la cochonne Marie-Claude, vraiment trop chaude, même si elle s’est beaucoup calmée depuis qu’on l’amène sur le dance-floor de notre Électro d’bal...

- Ensuite, Anthony Poiraudeau nous a concocté un programme de photos et vidéos de land art que nous projetterons sur toute la façade… du presbytère !

- La Ferme du Bonheur assure son incontournable thé à la menthe, organise un bar avec de bons produits, et assure de mieux en mieux sa boutique : outre le miel et le bouquin, le P.R.É commence à donner ses premiers fruits, donc des confitures, et on arrive à préparer des commandes… d’agneaux !!! AUX NORMES !!! J’te jure !

- Enfin, la cerise sur le gâteau : pour accompagner le dîner du vendredi 25 de 17h jusqu’à au moins 22h, le groupe Quadrilles Koula de Sully Chamand, orchestre créole, va nous faire surchauffer les hanches, à grand coup de segas, quadrilles et maloya; et samedi 26, de midi jusqu’à 17h, c’est l'inépuisable Tonino Cavallo et sa Tarabanda qui nous proposent à danser tarentelles, sérénades, pizzice, tammuriate

… de Sicile, Calabre, Pouille et autres... NAPOLI !!!

 

ALUMEEEEEEEEEEEEEZ LE FEUUUUUU ! ! !

 

 

 

La Ferme du Bonheur

220 avenue de la République 92000 Nanterre

01 47 24 51 24

contact@lafermedubonheur.fr

 

 Pour venir, descendre à l'arrêt Nanterre-Ville (RER A) et longer la rue Maurice Thorez jusqu'à la place de l'église, sur votre gauche. Sur le parvis de la cathédrale, nous serons là, au pied d'un grand brasero, avec nos animaux, non loin de la Khaïma...

Partager cet article

Published by La Ferme du Bonheur - dans Evènements
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Ferme du Bonheur
  • La Ferme du Bonheur
  • : La Ferme du Bonheur est une cellule de recherche et de réflexion sur l’Homme et la Terre qui utilise la culture sous toutes ses formes (théâtre, musique, danse, arts plastiques, cinéma…) mais aussi l’action sociale et la pédagogie…ou encore l’urbanisme, l’architecture, l’environnement, l’agriculture, l’écologie…
  • Contact

Livre

La Ferme du Bonheur

http://www.actes-sud.fr/sites/default/files/couv_jpg/9782742763894.jpg

Edition Acte Sud

Disponible chez :

Piceminister

Amazon

Recherche

NDLR

La culture, mot et concept est d’origine romaine. Le mot "culture" dérive de « colere » - cultiver, demeurer, prendre soin, entretenir préserver - et renvoie primitivement au commerce de l’homme avec la nature en vue de la rendre propre à l’habitation humaine. En tant que tel, il indique une attitude de tendre souci, et se tient en contraste marqué avec tous les efforts pour soumettre la nature à la domination de l’homme.

Hannah Arendt, La crise de la culture.