Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 15:27

Affiche-Ferme-Geante-novembre-2013.jpg

 

Un rendez-vous désormais classique de la Ferme du Bonheur à Nanterre : la Ferme géante au centre ville ! Le dernier vendredi et samedi de novembre, depuis 4 ans, avec nos troupeaux, nous quittons notre Ferme, du bord de l’Université traversons nos maraîchers, plaine de céréales, pâtures… du Champ de la Garde sur le P.R.É. (5 hectares entre les cités Anatole France, Berthelot, la Garde Républicaine et l’avenue de la République), pour atteindre la place de l’Église où nous installons pour deux jours


« Le Village du Bonheur du Monde ».


Dès l’origine, il fut question pour nous de profiter d’une foire populaire parfaitement réussie pour instiller quelque prise de conscience politique quant aux préoccupations contemporaines dites écologiques, ou plus précisément : l’autonomie alimentaire, la malbouffe, les pollutions agricoles, etc. etc. etc. le tout dans la joie et la beauté ! ! !

Depuis 20 ans installés à Nanterre, pris à l’origine pour des fous voire pire, le monde nous a rattrapés, qui parle depuis quelques années « d’agriculture urbaine ». Nous le savons depuis longtemps, nous qui, le 28 décembre 2008, avons pris autorité commune, libre, spontanée, aléatoire, précaire… sur la dernière grande friche libre et sauvage du monumental projet urbain à Nanterre appelé « Grand Axe de la Défense » ou « Axe Historique » dont L’EPADESA nous propose d’officialiser l’occupation en nous aidant à la parfaire. Il est vrai que de plus en plus de monde de toute l’Ile de France vient le dimanche retrouver sa nature éternelle de paysan, comme de plus en plus de groupes de tous poils (étudiants architectes, urbanistes, paysagistes mais aussi écoles primaires, collèges, etc., handicapés de tous ordres et enfin volontaires de réseaux internationaux). Ainsi en 2012, plus de 2500 personnes sont venues donner quelques heures de travail pour nettoyer cette parcelle dite « Le Champ de la Garde » où cette année 2013 nous approchons de la tonne de légumes, fruits, herbes, céréales AOBB (Appellation d’Origine Bonheur en Banlieue) sans compter les moutons, volailles, cochon… dont vous pourrez goûter quelques extraits vendredi et samedi, notablement des agneaux cuits devant vous à la broche sous notre forge devant notre tente berbère.


Enfin, comme ce fut dit par grand nombre d’entre vous lors de la cinquantaine de soirées de notre AGORA, née dès le lendemain du 21 avril 2002 reprise quelques mois plus tard par la mairie, si nous nous devons tous à quelque responsabilité politique, il n’y a aucune raison d’être des « militants tristes » !!!

C’est bien ce  que montre la Ferme du Bonheur à travers toutes ses activités: théâtre, musique, danse, cinéma, arts plastiques, actions sociales, agriculture, architecture, urbanisme etc. sont pratiquées dans une joie franche... et irréductible! Le Bonheur?! Ben oui! La preuve:


VENDREDI dès 19h Place de l’église


UN GRAND BAL


… et deux agneaux AOBB à la broche !!!

Partager cet article

Published by La Ferme du Bonheur - dans Evènements
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Ferme du Bonheur
  • La Ferme du Bonheur
  • : La Ferme du Bonheur est une cellule de recherche et de réflexion sur l’Homme et la Terre qui utilise la culture sous toutes ses formes (théâtre, musique, danse, arts plastiques, cinéma…) mais aussi l’action sociale et la pédagogie…ou encore l’urbanisme, l’architecture, l’environnement, l’agriculture, l’écologie…
  • Contact

Livre

La Ferme du Bonheur

http://www.actes-sud.fr/sites/default/files/couv_jpg/9782742763894.jpg

Edition Acte Sud

Disponible chez :

Piceminister

Amazon

Recherche

NDLR

La culture, mot et concept est d’origine romaine. Le mot "culture" dérive de « colere » - cultiver, demeurer, prendre soin, entretenir préserver - et renvoie primitivement au commerce de l’homme avec la nature en vue de la rendre propre à l’habitation humaine. En tant que tel, il indique une attitude de tendre souci, et se tient en contraste marqué avec tous les efforts pour soumettre la nature à la domination de l’homme.

Hannah Arendt, La crise de la culture.