Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 11:00

 

Affiche ferme géante

 C'est trop  kitsch !

À Nanterre, dans le vieux centre, où se trouve tout le petit commerce, comme on dit, il y a depuis au moins 10 ans, le dernier week-end de novembre, une grooooooosse opération commerciââââle :

LA FERME GÉANTE !

On met des tonnes de paille par terre dans 3 ou 4 rues piétonnisées, on installe des dizaines de cabanes pour des produits du terroir, des barbapapas, des pralines, des santons, etc. ET...

... des za-ni-môôô !!!

Et forcément, ça cartonne ! Y a un monde de dingue qui vient patauger sur la paille, toucher les poils et les plumes... renifler le caca !

Initiée à l'époque par le président de l'amicale des commerçants, accessoirement (vilain) chef de file de l'opposition (ouuuh!) municipale, UDF puis UDF/RPR et désormais MODEM... Ça s'est refilé d'amicale en dépôt de bilan, en amicale démissionnaire et autre amicale mégalo... jusqu'à l'an passé où... la mairie la récupère !!! Ah ! Ça y est ! Je vous vois venir ! Vous croyez me voir venir ! Que je vais encore couiner sur ma bonne municipalité post-communiste de gauche plurielle- participatibilibilibilipative...

ET BEN NON !

Il est vrai que j'étais sévèrement dégouté d'un fait : le prix de location des animaux pour les 2 jours !!! C'est monté jusqu'à 30 000€ l'an dernier !

30 000€ pour 2 jours !!!

Quand les nôtres, de moins en moins nombreux parce qu'on est de plus en plus précaire... parce qu'on a, un jour de 1997, été "interdit au public"..., nos animaux donc, sont là 365 jours par an !!! 30 000€, c'est un emploi créé, des investissements et une disponibilité permanente pour des ateliers, des visites d'écoles... voire même pour de la location pour d'autres fermes géantes...

ET BEN ÇA Y EST, ÇA VIENT !

La Ferme du Bonheur est présente !

 

ET JE VAIS DIRE MERCI ! OUI ! OUI!  MERCI :

- à Sophie Donzel, maire-adjoint au développement économique,  emploi, commerce et artisanat, qui a dû ramer pour nous affirmer

- à l'Office du Tourisme, producteur délégué, qui trouve ça normal qu'on y soit, même s'il marchande notre pauvre devis (tant pis, on est si content d'y être)

- au Centre Technique Municipal, du grand chef Robert aux chefs menuisier Jean-Noël et serrurier Jaki et tous leurs collègues qui nous construisent des enclos pour Momo l'âne, Gérard le dindon et ses oies, et Marie-Claude la cochonne

- à Adrienne Szjenman, des services à la Sophie qui coordonne tout ça

- à Philippe Boses, régisseur général, qui fait ce qu'il faut pour qu'on soit bien

- à tous les  autres qui permettent ça !

Ça fait bizarre tant de mercis à la mairie, voilà que j'aurais encore de l'espoir ?!?!?!

Enfin, du coup, on va mettre les bouchées doubles et les petits plats dans les grands : le thé toute la journée sous la Khaïma, des tables et des bancs, sans doute la chicha...

ET VENDREDI  à 18h :

Concert Gnawa !!!

ET COUSCOUS !!!

Histoire de donner à cette foire commerciale une notion poétique... politique...

Et cerise sur le gâteau, ils nous installent…

DEVANT LA CATHÉDRALE !!!


Partager cet article

Published by La Ferme du Bonheur - dans Animaux
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Ferme du Bonheur
  • La Ferme du Bonheur
  • : La Ferme du Bonheur est une cellule de recherche et de réflexion sur l’Homme et la Terre qui utilise la culture sous toutes ses formes (théâtre, musique, danse, arts plastiques, cinéma…) mais aussi l’action sociale et la pédagogie…ou encore l’urbanisme, l’architecture, l’environnement, l’agriculture, l’écologie…
  • Contact

Livre

La Ferme du Bonheur

http://www.actes-sud.fr/sites/default/files/couv_jpg/9782742763894.jpg

Edition Acte Sud

Disponible chez :

Piceminister

Amazon

Recherche

NDLR

La culture, mot et concept est d’origine romaine. Le mot "culture" dérive de « colere » - cultiver, demeurer, prendre soin, entretenir préserver - et renvoie primitivement au commerce de l’homme avec la nature en vue de la rendre propre à l’habitation humaine. En tant que tel, il indique une attitude de tendre souci, et se tient en contraste marqué avec tous les efforts pour soumettre la nature à la domination de l’homme.

Hannah Arendt, La crise de la culture.