Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 13:58

large_Essai_Logo_TdH_2.JPG

 

Amies, amis de la Ferme du Bonheur.

 

Attention ! Ce petit speech est empreint d’une solennité rare à la Ferme du Bonheur !

 

Sans doute, est-il naturellement enjoint par une conjonction historique, l’année 2013 étant une année de gros anniversaires :

Les 400 ans d’André Le Nôtre

Les 50 ans de votre serviteur

Les 20 ans de la Ferme du Bonheur

Les 10 ans du P.R.É. 

 

            C’est la première fois en effet que nous faisons appel à vous, amis, V.Ieilles.Pies, adhérents, associés, partenaires de tous poils… public… pour lever des fonds ! Dans mon grand orgueil – ou ma radicalité – j’ai toujours affirmé, reprenant les mots de Jean Genet, mon auteur fétiche en terme de morale politique, que « mon souci a toujours été d’être responsable de ce que je suscitais »… Ainsi, malgré notre minicipalité et sa posture de destruction, votre réponse à toutes nos propositions publiques nous a permis de progresser sans faillir, pour atteindre les merveilles qu’on sait aujourd’hui, dans les différents domaines que nous pratiquons : des foules de l’Électro d’Bal à la reconnaissance institutionnelle de notre Champ de la Garde, en passant par l’excellence singulière des artistes accueillis et les émouvants « sauvetages » de quelques cas sociaux échoués à la maison… Sachez aussi -et ce peut être une belle leçon à nos « représentants »- que depuis toujours nous misons sur l’humain pour construire… et survivre, et c’est en prenant le beau risque de créer des emplois (nous sommes désormais 13 salariés!) qu’en 2 ans nous avons couvert notre déficit structurel…

            Fin 2012, le Conseil Général des Hauts-de-Seine, alors que notre situation financière est fragile depuis les coups de massue minicipaux de 1996 puis de 2007, nous a accordé une subvention importante au titre de l’Économie Sociale et Solidaire, la plus grande que nous ayons eue depuis notre naissance il y a vingt ans, autour d’une notion fondamentale à la Ferme du Bonheur : l’agriculture ! Précisément, la nourriture, ce que nous vous donnons à manger lors de tous nos évènements publics, ce que nous donnons à manger aux équipes qui travaillent et vivent à la Ferme, ce que nous donnons à manger lors de notre Noël Clochard, et ce que nous avons donné et redonnerons donc bientôt à manger aux adhérents de notre Table d’Hôtes, qui, à terme, viendra de nos terres, ce Champ de la Garde sur le P.R.É. !!! Si nous étions pris pour de beaux malades il y a vingt ans (je sais la paranoïa hygiéniste de notre député-médecin-ex maire Jacqueline FRAYSSE…), plus un urbaniste occidental ne s’exonère aujourd’hui du concept « d’agriculture urbaine »… Si j’ai eu peur un temps de me faire dépasser ou piller (minicipalité en tête…) je suis plutôt rasséréné aujourd’hui pour mille et surtout une raison, celle qui m’anime depuis ma prime enfance : cet espace infini qui sépare nos sociétés qui nous payent des congés… et celles où l’on marche un kilomètre pour avoir une cruche d’eau à peu près claire… Des sociétés qui, en l’occurrence, ne se posent pas la question d’agriculture urbaine puisqu’on trouve des vaches à la porte des palais en Inde, des chèvres à celles de mosquées du Mali, des poules devant les administrations en Asie, etc. etc. etc. Pour exemple de mes idées, mes désirs, mes espérances, mes… « missions », j’ai l’honneur et le Bonheur de vous annoncer que je viens de réussir mon premier jambon « 100% banlieue », la cuisse droite de notre regrettée mais éternellement aimée Marie-Claude, élevée avec amour et respect, tuée sous la plus haute exigence de fulgurance et de moindre douleur, salée, fumée, séchée… à la maison !!!

 

CE JAMBON EST HISTORIQUE !

OUI ! LA VIE EST POSSIBLE EN BANLIEUE POP !!!

 

            Et j’en viens enfin au fait de ce courrier : l’équipe a décidé de lancer cet appel à dons que vous avez reçu pour ladite Table d’Hôtes. J’ai émis ma haute circonspection comme je l’ai dit plus haut, a fortiori parce que j’ai toujours eu le doute quant à ces feux de paille de l’ère numérique contemporaine… mais il n’est pas de ma pratique d’être autoritaire et j’ai assumé cette décision. Pour preuve, à quelques jours de l’échéance à laquelle la Ferme du Bonheur perdrait tout ce que vous avez donné (qui à ma bienheureuse surprise n’est pas rien !), j’ai proposé de prendre la plume et participer à cette demande, cette prière, cette requête… La somme donnée par le Conseil Général est conséquente mais unique, je veux dire non reconductible : 50 000€ pour le fonctionnement, 30 000€ d’investissement ! Pour autant, le budget global est de 160 000€. Vous savez ce que nous avons fait depuis vingt ans, beaucoup plus qu’une table d’hôte avec beaucoup moins. Or, une telle somme institutionnelle nous assigne à un fonctionnement d’une rigueur et d’une singularité que nous n’avons jamais connues, qui peut nous inquiéter mais qui nous intéresse à tous points de vue et qui ne met absolument pas en doute notre politique, notre morale… notre Bonheur. Un bon nombre de dossiers sur le projet sont en instruction dans divers cénacles, privés et publics, et cette sollicitation à votre endroit en est aussi légitime.

            Imaginez bientôt venir à la Ferme du Bonheur aussi pour déjeuner en semaine, dîner-souper le weekend après les évènements, grand-dîner quelque fois dans l’année à l’invitation de grands chefs psychopathes… Ou rappelez-vous, bienheureux qui avez connue la Table d’Hôtes de 1999 à 2004, comme on n’y mangeait comme nulle part ailleurs : une cuisine de banlieue, une cuisine hors norme, une cuisine de… Bonheur.

 

Il nous reste 4510€ à récolter, grâce à vous, sur Kisskissbankbank !

Ou, si vous êtes aussi doués que moi en informatique, par chèque que nous transférons sur le kiss

 

A vous le monde

A vous la france

A vous les amis

 

Plus que 11 jours !!!

Partager cet article

Published by La Ferme du Bonheur - dans Gastronomie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Ferme du Bonheur
  • La Ferme du Bonheur
  • : La Ferme du Bonheur est une cellule de recherche et de réflexion sur l’Homme et la Terre qui utilise la culture sous toutes ses formes (théâtre, musique, danse, arts plastiques, cinéma…) mais aussi l’action sociale et la pédagogie…ou encore l’urbanisme, l’architecture, l’environnement, l’agriculture, l’écologie…
  • Contact

Livre

La Ferme du Bonheur

http://www.actes-sud.fr/sites/default/files/couv_jpg/9782742763894.jpg

Edition Acte Sud

Disponible chez :

Piceminister

Amazon

Recherche

NDLR

La culture, mot et concept est d’origine romaine. Le mot "culture" dérive de « colere » - cultiver, demeurer, prendre soin, entretenir préserver - et renvoie primitivement au commerce de l’homme avec la nature en vue de la rendre propre à l’habitation humaine. En tant que tel, il indique une attitude de tendre souci, et se tient en contraste marqué avec tous les efforts pour soumettre la nature à la domination de l’homme.

Hannah Arendt, La crise de la culture.