Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 17:38

La Ferme du Bonheur

présente

Rendez-vous aux Jardins 2013

« Le jardin et ses créateurs - 400ème anniversaire d’André Le Nôtre »

Vendredi 31 mai, Samedi 1er et Dimanche 2 juin

  

 logo-10-20-50-400-4--copie-1.jpg

2013 – Les grands anniversaires à la Ferme du Bonheur

 

400 ans d’André Le Nôtre

50 ans de Roger des Prés

20 ans de la Ferme du Bonheur

10 ans du PRÉ 

 

 

 

 

                Drôle de rebond de l’Histoire… drôle de symbole…

            400 ans après la naissance d’André Le Nôtre, qui rêva de l’Axe Historique des Tuileries à Saint-Germain-en-Laye, après les 4 siècles donc où l’urbanisation a suivi cette idée jusqu’au quartier d’affaires de la Défense sous la forme qu’on sait, c’est la Ferme du Bonheur qui, toujours sur l’Axe après la Grande Arche, renoue avec le jardin, en inventant le PRÉ – Parc Rural Expérimental – dont le Champ de la Garde, deuxième étape du PRÉ après la Ferme du Bonheur, propose, sur près de 5 hectares tout ce qu’on convient d’appeler depuis quelques années… l’agriculture urbaine !

            Mais pas seulement : on n’évite certainement pas le bio, la permaculture, et entre autres, paillage et BRF (Bois Raméal Fragmenté), culture sur buttes, associations de cultures, etc… mais on s’attache aussi à montrer (conserver ?! ) les techniques anciennes, dites parfois traditionnelles, que l’humain a inventées depuis la nuit des temps et sous toutes les latitudes ! Ensuite on expérimente, certain que pour être un équilibre avec la Nature il faut être comme elle, en mouvement permanent, en créativité éternelle… Ensuite, comme on a entendu le vocable lors d’une des conférences que le PRÉ, déjà célèbre, intime à la Ferme du Bonheur, ou pratique la restauration écologique, sur un territoire dont l’essentiel de la « terre » est un remblai des pires d’Ile de France, qui couvre… l’A 14 ! Enfin, et c’est notre fierté, le PRÉ est la plus belle expérimentation sociale qu’aura rêvée la Ferme du Bonheur : c’est le public qui, nous suivant depuis la 1ère balade sur la friche de la ZAC de l’OIN « Seine Arche »lors du 2ème Rendez-vous aux Jardins  en 2003 en présence de notre vieil ami et soutien Gilles Clément, et de l’architecte Patrick Bouchain, le public présent tous les ans aux Rendez-vous aux Jardins jusqu’en 2008 où plus d’un millier de personnes nous permettaient de « passer la seconde vitesse » en augmentant le rythme de l’évènement au mensuel….. Le public présent le 28 décembre 2008 où, plantant un néflier (illustration de la simplicité de notre démarche, son état originel), « prenait autorité, commune, libre, spontanée, aléatoire… » sur la dernière grande friche sauvage et libre du projet urbain !

En 2009, nous y étions un dimanche par mois avec le public, plus souvent avec les équipes de la Ferme du Bonheur, nettoyant quelques centaines de m² dont on récoltait pourtant… une demi-tonne de légumes, fruits, herbes, céréales !!! En 2010, nous décidions de « passer la troisième vitesse » et de rendre le rendez-vous public hebdomadaire à la bonne saison, réalisant quelques exercices comme le comptage de près d’un millier de participants ! Et le 21 novembre, signe de l’universalité et de l’éternité de notre démarche, nous plantions quelques 80 arbres en soutien au peuple Sarayaku d’Amazonie Équatoriale qui lutte contre la déforestation… Enfin, c’est en 2010 que nous inventions un nom pour cette parcelle, comme on l’a fait depuis toujours pour signifier un lieu, un nom de lieu-dit parce que nous lui donnions une identité forte et pour éviter l’amalgame avec le PRÉ, bien plus vaste, dont il n’est qu’une étape : le Champ de la Garde, puisque le détail le plus important de la parcelle, en volume et en symbole, à la Caserne de la Garde Républicaine dont les lourds immeubles surplombent notre parcelle.

 

En 2011, de beaux évènements : l’arrivée de Lucie, qui prépare son diplôme de fin d’étude à l’ENSP de Bordeaux sur le PRÉ ! Cet été, la Région décide de nous octroyer une subvention à l’Éducation à l’Environnement et au Développement Durable puis nous offre une subvention pour un emploi-tremplin, double et première reconnaissance des vertus environnementales de la Ferme du Bonheur et c’est tout naturellement Lucie, ardente bénévole  plus qu’étudiante pour son mémoire qui acceptera le poste.

 

Enfin une petite dizaine de gens rencontrés à l’occasion de la plantation Sarayaku, devenus réguliers du PRÉ, particulièrement compétents quant aux prérogatives que nous y menons, des gens de Guerilla Gardening, des chercheurs sur les forêts urbaines, des autodidactes qui ont fait du jardin leur vie… de tous âges et de milieux acceptant à l’automne notre proposition de partager l’autorité de la Ferme du Bonheur sur le projet, déciderons avec nous de ce qui y naîtra. Les objectifs … ce sera le « Conseil du PRÉ » le 1er dimanche du mois et nous prenons conscience que notre travail avec le public que nous enjoignons à n’utiliser que des outils manuels – pas par conservatisme mais par intuition d’équité avec le temps végétal, animal… Notre travail donc a généré un véritable paysage, un paysage rural dans le sens le plus creusois, périgourdin, armoricain… ou pour caricaturer « touristique » du terme, car nous sommes conscients de l’obligation publique du site – au bout de l’Axe – et sa valeur de modèle !

En 2012, le Conseil du PRÉ, après deux mois où nous n’étions au Champ de la Garde qu’une fois par mois avec le public, mais tous les dimanches entre nous et surprenions des gens venir spontanément, considérant cela ainsi que la création du poste de Lucie, décide de « passer la quatrième vitesse » et de multiplier la fréquence publique à l’hebdomadaire ! Ou la permanence : TOUS LES DIMANCHE ! Un Bonheur n’arrivant jamais seul, nous rencontrons le réseau Wwoofing, réseau de volontariat international d’échange entre fermes bio, nous accueillons jusqu’à 20 jeunes du monde entier, d’avril à octobre, multiplions l’accueil de groupes de publics « défavorisés » - sociaux,  psy, générationnels… - et c’est ainsi que nous comptabilisons plus de 2500 personnes cette année, réalisons par le même nombre le même volume de travail que la machine, la délicatesse en plus, le Bonheur d’une société comme une cerise sur le gâteau !

Et aujourd’hui, 3 mois après le début de l’année 2013, l’EPADESA (Etablissement Public d’Aménagement La Défense Seine Arche) vient à notre rencontre, annonce être passé sur notre terrain d’expérimentation et nous dit « aujourd’hui, le projet urbain ne peut s’exonérer de vos propositions » !!! Nous l’avions rêvé lorsque le sentiment d’un paysage était apparu, la force de l’initiative publique, citoyenne, aura fait sens au point d’être légitimé par l’Institution.

Et pour célébrer ça, nous avons accueilli un stage de taille d’arbres par un professeur de la célèbre école d’horticulture Du Breuil sur-fréquenté, entérinant définitivement le sens public du PRÉ : la formation.

Mille et un augures d’une année d’anniversaires flamboyante !

 

***

 

PROGRAMME COMPLET

 

Vendredi 31 mai

Accueil des scolaires toute la journée à la Ferme du Bonheur

et au Champ de la Garde sur le P.R.É.

 

« Métamorphoses ou l’imaginaire du Mythe »

Vernissage des sculptures de Laëtitia de Bazelaire 

au Champ de la Garde à 18h

 

***

 

Samedi 1er juin

« La Transhumance historique »

Promenade à pieds, à cheval, à moutons… du Jardin des Tuileries à Paris

à la Ferme du Bonheur à Nanterre

 

Rendez-vous à 9h devant les grilles du Jardin des Tuileries sur la place de la Concorde (amenez votre pique-nique).

Goûter sur l’herbe au Champ de la Garde sur le P.R.É.  à Nanterre…

Arrivée à la Ferme du Bonheur (5mn du Champ de la Garde)

20h Concert baroque d’Elisabeth Joyé et l’orchestre de Notre Mère à tous

21h30 Grand-Souper –sur réservation !-  de nos agneaux à la broche, légumes émerveillés par Anne Métrard et ses desserts irrationnels. Vins, champagne, café, thé…

 

***

 

Dimanche 2 juin

Chantiers agro-poétiques toute la journée au Champ de la Garde sur le P.R.É…. Chantier spécial du jour-de la saison : tonte des moutons. 

Rendez-vous dès 10h à la Ferme du Bonheur. Amenez votre pique-nique.

 

 

 

 

***


En RER, c’est mieux, d’autant plus avec le dézonage !!!


RER A direction St Germain en Laye, Arrêt Nanterre Université sortie 1. Traversez la Fac. Longez la palissade des poètes avec des cirques derrière, des vignes devant. Soudain ! 2 pianos s’enfoncent dans la terre. Passez entre ! Porte en bois, cloche en bronze.


En voiture, tant pis pour vous !


Porte Maillot, direction La Défense, puis A14 Poissy Rouen. Prendre ensuite l’A86 direction St Germain en Laye. Prendre la 1ère sortie n°36 (Nanterre centre). Au feu à gauche, encore au feu à gauche. Environ 2,5 Km plus tard, à droite : Nanterre Université. Entrez, garez-vous. Palissade, porte en bois, cloche en bronze…

Partager cet article

Published by La Ferme du Bonheur - dans Evènements
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Ferme du Bonheur
  • La Ferme du Bonheur
  • : La Ferme du Bonheur est une cellule de recherche et de réflexion sur l’Homme et la Terre qui utilise la culture sous toutes ses formes (théâtre, musique, danse, arts plastiques, cinéma…) mais aussi l’action sociale et la pédagogie…ou encore l’urbanisme, l’architecture, l’environnement, l’agriculture, l’écologie…
  • Contact

Livre

La Ferme du Bonheur

http://www.actes-sud.fr/sites/default/files/couv_jpg/9782742763894.jpg

Edition Acte Sud

Disponible chez :

Piceminister

Amazon

Recherche

NDLR

La culture, mot et concept est d’origine romaine. Le mot "culture" dérive de « colere » - cultiver, demeurer, prendre soin, entretenir préserver - et renvoie primitivement au commerce de l’homme avec la nature en vue de la rendre propre à l’habitation humaine. En tant que tel, il indique une attitude de tendre souci, et se tient en contraste marqué avec tous les efforts pour soumettre la nature à la domination de l’homme.

Hannah Arendt, La crise de la culture.