Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 15:28

image001.png

 

Andreï Feraru est un architecte d’une des 15 fameuses équipes d’urbanistes dites du « Grand Paris »… mais Andreï ne se la pète pas pour autant : il vient piocher le dimanche au Champ de la Garde, amène femme, enfants et amis voir les choses, les œuvres et les fêtes de la Ferme du Bonheur. Andreï enseigne l’architecture à l’école Paris Malaquais. Andreï vient d’être missionné par l’EPADESA (Etablissement Public d’Aménagement de la Défense-Seine-Arche) pour accompagner la fabrique du PRÉ, notamment nos installations au Champ de la Garde, dans le cadre de cette fameuse convention d’occupation que nous pétrissons, négocions, corrigeons, inventons… avant de bientôt la signer.

 

… Et Andreï fait du théâtre ! Pas n’importe quel théâtre ! Un théâtre avec Patricia, sa femme, des amis, des théâtreux d’Italie, de Roumanie… d’Europe. Un théâtre qui ne doit pas, ne peut pas, ne veut pas… se jouer dans un théâtre ! Notamment parce que le sujet de « Romolus – correct politically show » traite de la question des migrants… des Rom…

Bon, je ne vous fais pas un dessin… c’est à la Ferme du Bonheur que ça doit, ça peut, ça veut se passer !!!

Alors, cette proposition du 3 mars à 20h, c’est juste parce que personne du milieu du théâtre ne comprend, donc y a pas de thunes ! Donc Andreï, Patricia et leur bande vont en monter un bout, un extrait, une forme de résumé…. Je ne sais pas quoi exactement, mais pour donner une idée au « milieu » pour qu’il lâche un peu d’oseille… et en préfiguration de l’accueil en résidence de création à l’automne 2014… à la Ferme du Bonheur

 

Et avec la bande d’Andreï, on est d’accord :

« NE NOUS LAISSEZ PAS SEULS AVEC LE MILIEU !!! »

 

C’est gratuit, y aura une soupe, et finalement c’est d’abord pour le public -pour vous !- tout ça !

 

 

ARchiThéâtresVON PARIS et COMPAGNIE 28, avec OUTIS et T.ART,

vous invitent à découvrir un abrégé de leur nouvelle création :

"ROMOLUS - correct politically show"

 

Le Lundi 03 mars à 20h

Entrée libre

 

Déambulation en résonance avec le lieu insolite qui nous accueille, 

la présentation sera suivie d'un échange informel autour d'un verre.

(durée de la présentation : 30 minutes environ)

 

RSVP : pour vous accueillir au mieux, merci de nous confirmer votre venue

architheatres@gmail.com

 

 

En RER, c’est mieux, d’autant plus avec le dézonage !!!

 

RER A direction St Germain en Laye, Arrêt Nanterre Université sortie 1. Traversez la Fac. Longez la palissade des poètes avec des cirques derrière, des vignes devant. Soudain ! 2 pianos s’enfoncent dans la terre. Passez entre ! Porte en bois, cloche en bronze.

 

En voiture, tant pis pour vous !

 

Porte Maillot, direction La Défense, puis A14 Poissy Rouen. Prendre ensuite l’A86 direction St Germain en Laye. Prendre la 1ère sortie n°36 (Nanterre centre). Au feu à gauche, encore au feu à gauche. Environ 2,5 Km plus tard, à droite : Nanterre Université. Entrez, garez-vous. Palissade, porte en bois, cloche en bronze…

Partager cet article

Published by La Ferme du Bonheur - dans Théâtre(s)
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Ferme du Bonheur
  • La Ferme du Bonheur
  • : La Ferme du Bonheur est une cellule de recherche et de réflexion sur l’Homme et la Terre qui utilise la culture sous toutes ses formes (théâtre, musique, danse, arts plastiques, cinéma…) mais aussi l’action sociale et la pédagogie…ou encore l’urbanisme, l’architecture, l’environnement, l’agriculture, l’écologie…
  • Contact

Livre

La Ferme du Bonheur

http://www.actes-sud.fr/sites/default/files/couv_jpg/9782742763894.jpg

Edition Acte Sud

Disponible chez :

Piceminister

Amazon

Recherche

NDLR

La culture, mot et concept est d’origine romaine. Le mot "culture" dérive de « colere » - cultiver, demeurer, prendre soin, entretenir préserver - et renvoie primitivement au commerce de l’homme avec la nature en vue de la rendre propre à l’habitation humaine. En tant que tel, il indique une attitude de tendre souci, et se tient en contraste marqué avec tous les efforts pour soumettre la nature à la domination de l’homme.

Hannah Arendt, La crise de la culture.