Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 10:32

Affiche-COC-avril-juillet-2013-copie-5.jpg

 

"All the people I like are in the ground 

It's better to be lost than to be found" 

Felt, All the people I Like are those that are Dead 


         5 morsures de jars 

                               1 acteur anglais et 1 acteur masqué 

                                                               2 gendarmes inquiets 

                                                                              52 égratignures et plaies (sur les jambes, les bras, le nez) 

                                                                                              3 averses dont une terrible

                                                                  6 camemberts engloutis avant le show


ET SURTOUT...


4 représentations assurées sur les 4 prévues !!! Il en reste encore 13 pour découvrir et profiter de la splendeur de ce lieu incroyable : une faune et une flore disparues de la région Ile-de-France, une société rurale et solidaire… un espace de vie où les bénévoles ardents se disputent aux touristes, du bobo en goguette au retraité en passant par les jeunes lascars des cités voisines : Le Champ de la Garde sur le P.R.É. 

Les dieux (s'ils existent, frisés ou pas) sont avec nous. Et c’est parti pour durer, avec ce climat quasi-tropical !!!


VENEZ VOIR COMME CA VIT ICI,...


ATTENTION ! SPECTACLE LE SOIR EN EXTERIEUR, SOYEZ PRÉPARÉS - COMME NOUS LE SOMMES, AVEC LA KHAÏMA PRES DU FEU POUR S’ABRITER EN CAS DE PLUIE…  



« Vous êtes sages, nous sommes le chaos.
Vous êtes rangés, nous sommes dérangés.
Vous êtes l’habitude, nous sommes l’imprudence. »
 

Des cagoules, des cassettes, des drones, des voix de synthèse, des corps usés, des corps neufs, des grimaces, et des armes grotesques. Le réel te dégoûte ? Brûle-le ! Ce monde n’est pas le tien.
 

Après six mois de résidence d’écriture à La Ferme du Bonheur, Pierre-Vincent Chapus et la compagnie C.O.C. ont la joie de pouvoir y présenter leur nouvelle création. ...hic sunt leones, ici il y a des lions ! Cette sentence latine était utilisée par les géographes au Moyen-âge quand ceux-ci, incapables de dessiner les contours d’un monde, masquaient les bornes de leur connaissance par cette mise en garde. Gare à celui qui va vers l’inexploré, il sera dévoré ! ...hic sunt leones est une méchante farce où se juxtaposent le parcours d’un groupe de "hardcore" et la correspondance entre un père ermite et sa fille. Entre chiens et loups, tout progresse par fragments, par chocs. L'interrogation "quel monde allons-nous laisser à nos enfants ?" est renversée : "à quels enfants laissons-nous ce monde" ?

 


...hic sunt leones

Compagnie C.O.C.
Avec : Juliette Allemand, Abdellatif Aït El Kourd, Louise Blachère, Adèle Bossard-Gianessini, Guillermina Celedon, Guy Gallet, Etienne N'Simba, Michel Poirier, Jack Vincent, Dorothée Mabika Wa Beya

Un spectacle de Pierre-Vincent Chapus

Collaboration artistique et environnement sonore : Jérôme Baillet


***

Représentations au Champ de la Garde sur le P.R.É 

(rendez-vous à la Ferme du Bonheur à 20h):
19, 20, 21, 22, 23 juin 2013

 

26, 27, 28, 29, 30 juin
3, 4, et 5 juillet

***

11€ plein tarif / 7€ pour les adhérents / 5€ tarifs réduits

Réservations : contact@lafermedubonheur.fr ou 01 47 24 51 24

 

 

***

En RER, c’est mieux, d’autant plus avec le dézonage !!!


RER A direction St Germain en Laye, Arrêt Nanterre Université sortie 1. Traversez la Fac. Longez la palissade des poètes avec des cirques derrière, des vignes devant. Soudain ! 2 pianos s’enfoncent dans la terre. Passez entre ! Porte en bois, cloche en bronze.


En voiture, tant pis pour vous !


Porte Maillot, direction La Défense, puis A14 Poissy Rouen. Prendre ensuite l’A86 direction St Germain en Laye. Prendre la 1ère sortie n°36 (Nanterre centre). Au feu à gauche, encore au feu à gauche. Environ 2,5 Km plus tard, à droite : Nanterre Université. Entrez, garez-vous. Palissade, porte en bois, cloche en bronze…

Partager cet article
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 18:45

Affiche-COC-avril-juillet-2013-copie-4.jpg

 

"It's all my fault, yes I'm to blame
Ain't got no money, ain't got no fame
And that's why, I feel like giving in"
Felt, Ballad of the band

Hello, hello, nous sommes de retour.

Après un mois de mai passé sous le toit du Bal, ...HIC SUNT LEONES investit le champ de la Garde, autrement appelé P.R.É....  


CA POURRAIT...

CA DEVRAIT... 

CA VA ÊTRE...

Beau


Entre des barres d'immeubles, des voies de R.E.R. et une autoroute, ce "délaissé" réinvesti par Roger des Près et sa bande d'agro-poètes faiseurs d'utopies nous accueille pour que nous puissions y présenter notre dernière création.

En commençant les répétitions, on en vient à se dire que le spectacle trouve ici toute sa force, sa démesure et son évidente violence (une violence animale et primitive, comme celle du jarre ou de l'oie mordant celui qui s'approche trop près de ses oisons). 

 

…hic sunt leones au Champ de la Garde sur le P.R.É. du jeudi 6 au dimanche 9 juin !!!

Rendez-vous à 20h à la Ferme du Bonheur

Départ pour le Champ de la Garde à 20h30 !!!


 

« Vous êtes sages, nous sommes le chaos.

Vous êtes rangés, nous sommes dérangés.

Vous êtes l’habitude, nous sommes l’imprudence. »


Des cagoules, des cassettes, des drones, des voix de synthèse, des corps usés, des corps neufs, des grimaces, et des armes grotesques. Le réel te dégoûte ? Brûle-le ! Ce monde n’est pas le tien. 

Après six mois de résidence d’écriture à La Ferme du Bonheur, Pierre-Vincent Chapus et la compagnie C.O.C. ont la joie de pouvoir y présenter leur nouvelle création. ...hic sunt leones, ici il y a des lions ! Cette sentence latine était utilisée par les géographes au Moyen-âge quand ceux-ci, incapables de dessiner les contours d’un monde, masquaient les bornes de leur connaissance par cette mise en garde. Gare à celui qui va vers l’inexploré, il sera dévoré ! ...hic sunt leones est une méchante farce où se juxtaposent le parcours d’un groupe de "hardcore" et la correspondance entre un père ermite et sa fille. Entre chiens et loups, tout progresse par fragments, par chocs. L'interrogation "quel monde allons-nous laisser à nos enfants ?" est renversée : "à quels enfants laissons-nous ce monde" ?


...hic sunt leones

Compagnie C.O.C.
Avec : Juliette Allemand, Abdellatif Aït El Kourd, Louise Blachère, Adèle Bossard-Gianessini, Guillermina Celedon, Guy Gallet, Etienne N'Simba, Michel Poirier, Jack Vincent, Dorothée Mabika Wa Beya

Un spectacle de Pierre-Vincent Chapus

Collaboration artistique et environnement sonore : Jérôme Baillet


***

Représentations au Champ de la Garde sur le P.R.É

(rendez-vous à la Ferme du Bonheur à 20h ):
6, 7, 8, 9 juin 2013

19, 20, 21, 22, 23, 26, 27, 28, 29, 30 juin
3, 4, et 5 juillet

***

11€ plein tarif / 7€ pour les adhérents / 5€ tarifs réduits

Réservations : contact@lafermedubonheur.fr ou 01 47 24 51 24

 

 

***


En RER, c’est mieux, d’autant plus avec le dézonage !!!


RER A direction St Germain en Laye, Arrêt Nanterre Université sortie 1. Traversez la Fac. Longez la palissade des poètes avec des cirques derrière, des vignes devant. Soudain ! 2 pianos s’enfoncent dans la terre. Passez entre ! Porte en bois, cloche en bronze.


En voiture, tant pis pour vous !


Porte Maillot, direction La Défense, puis A14 Poissy Rouen. Prendre ensuite l’A86 direction St Germain en Laye. Prendre la 1ère sortie n°36 (Nanterre centre). Au feu à gauche, encore au feu à gauche. Environ 2,5 Km plus tard, à droite : Nanterre Université. Entrez, garez-vous. Palissade, porte en bois, cloche en bronze…

Partager cet article
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 16:30

affiche-La-Liseuse-Kateb-Yacine.jpg

 

La Ferme du Bonheur est un lieu où l’on sème, on plante… on (se) cultive ! 

     Ce samedi, nous récoltons les fruits d’un dur labeur : un cycle de lecture qui nous permit de faire découvrir ou redécouvrir l’œuvre de Kateb Yacine, par le biais d’Arnaud Churin et Caroline Girard de la Compagnie La Liseuse, aux écoliers de l’école La Fontaine du Quartier du Petit Nanterre par l’organisation d’ateliers en temps scolaires. 

  

Samedi 25 mai à partir de 14h30 

  

les enfants viendront présenter leur travail 

dans le favela-théâtre de la Ferme du Bonheur

 

suivis d’une lecture du Polygone Étoilé de Kateb Yacine

par Arnaud Churin.

 

 

            Voilà plusieurs années que nous travaillons avec Caroline, la directrice artistique de la Compagnie La Liseuse. Régulièrement, nous avons le plaisir de l’accueillir pour une lecture au coin du feu. Agglutinés dans la cheminée, à la lueur des flammes et au bruit de la soupe mijotant dans le chaudron, Caroline nous fait l’immense plaisir de nous faire voyager, de témoigner de ce qui l’inspire, de ses coups de cœur.

            L’an passé, nous nous sommes retrouvés autour d’une table avec l’envie commune d’aller plus loin ensemble. Alors on discute : Avignon à l’été 2012 pour elle, le projet de sa compagnie sur Kateb Yacine dans le cadre de l’anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, Nanterre cette ancienne Algérie de cartons et de tôles…

Et si on faisait du Kateb Yacine à Nanterre ???

 

            Et puis son expérience d’ateliers de lecture à destination de scolaires, et dans des foyers de travailleurs à Colombes… Et nous et notre volonté de continuer à travailler avec les structures avec lesquelles nous avons initié un quelque chose l’année passée, et qu’il faut entretenir, car c’était juste !

 

Car c’était beau !

 

            Alors on appelle Thomas Pagotto, professeur des écoles de la classe de CM1-CM2 de l’école La Fontaine du quartier du Petit Nanterre, avec lequel nous avions mis en place des ateliers d’arts plastiques et de poésie l’année dernière dans le cadre du Printemps des Poètes, puis des ateliers d’éducation à l’environnement. On lui propose Kateb Yacine : « C’est parfait ! Je voulais bosser sur ses textes avec mes élèves cette année ! ».

            On prend les 5 rendez-vous et on fixe la date du grand soir !

            Bientôt, Caroline se met en contact avec lui pour décider des textes sur lesquels ils souhaiteraient l’un et l’autre voir les enfants travailler.

 

 

            Ce samedi à partir de 14h30, nous clôturerons ce cycle par une grande soirée de lecture/théâtre à la Ferme du Bonheur. S’y mélangeront les travaux des écoliers de l’école La Fontaine et les lectures de la Compagnie La Liseuse. Nous y invitons les élèves et les parents de toute l’école La Fontaine, ainsi que le public traditionnel de la Ferme du Bonheur et celui de la Compagnie La Liseuse, pour que tous nous nous retrouvions autour de ce que Caroline défend par son travail autour de Kateb Yacine et que nous soutenons et encourageons : 

 


 

« J'ai plié la langue française à mon vouloir dire » disait Aimé Césaire. 

La langue française pour Kateb Yacine était un butin de guerre, le trésor qu'il avait arraché à son ennemi.

 

"Trouver le moyen de partager ces écrivains-là, c'est sortir la langue de son passé colonialiste et impérialiste, c'est lui donner une chance de devenir un outil de cohésion sociale propre à porter les énoncés de tous les utilisateurs du français. Les rappeurs et les slameurs connaissent et citent régulièrement Kateb Yacine ou Aimé Césaire. Ces grands-pères en écriture ouvrent une voie, un souffle qui oxygène le français. 

 

"La lecture publique à haute voix rappelle aux auditeurs/spectateurs que les livres sont écrits pour eux. Faire entendre Kateb Yacine au plus grand nombre affirme notre volonté existentielle de vivre avec tous ceux qui ont la langue française en partage".

 

Caroline Girard

Directrice Artistique de la Compagnie La Liseuse

 

 

 

 

***


En RER, c’est mieux, d’autant plus avec le dézonage !!!


RER A direction St Germain en Laye, Arrêt Nanterre Université sortie 1. Traversez la Fac. Longez la palissade des poètes avec des cirques derrière, des vignes devant. Soudain ! 2 pianos s’enfoncent dans la terre. Passez entre ! Porte en bois, cloche en bronze.


En voiture, tant pis pour vous !


Porte Maillot, direction La Défense, puis A14 Poissy Rouen. Prendre ensuite l’A86 direction St Germain en Laye. Prendre la 1ère sortie n°36 (Nanterre centre). Au feu à gauche, encore au feu à gauche. Environ 2,5 Km plus tard, à droite : Nanterre Université. Entrez, garez-vous. Palissade, porte en bois, cloche en bronze…

Partager cet article
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 10:37

Affiche-COC-avril-juillet-2013-copie-3.jpg

 

En quatre semaines sous le toit du Bal, entre les cris des paons, nous avons avancé sur une ligne de crête. Nous touchons à la fin de cette première expédition en intérieur nuit. Bientôt, nous tournerons nos regards et nos corps vers le champ de la garde pour une reformulation du dispositif en extérieur. Il faudra alors gravir une nouvelle montagne. Nous sommes impatients et anxieux à l'idée de rejoindre le P.R.É.


Il reste encore quatre jours pour partager avec vous ces derniers instants dans une salle couverte mais ouverte aux chats, au chaos, au chant des machines.

 

***

 

 

« Vous êtes sages, nous sommes le chaos.

Vous êtes rangés, nous sommes dérangés.

Vous êtes l’habitude, nous sommes l’imprudence. » 

 

Des cagoules, des cassettes, des drones, des voix de synthèse, des corps usés, des corps neufs, des grimaces, et des armes grotesques. Le réel te dégoûte ? Brûle-le ! Ce monde n’est pas le tien.

 

Après six mois de résidence d’écriture à La Ferme du Bonheur, Pierre-Vincent Chapus et la compagnie C.O.C. ont la joie de pouvoir y présenter ...hic sunt leones, leur nouvelle création. Fruit de cette expérience heureuse passée dans ce lieu refuge à la beauté hors-normes, ce spectacle organise la rencontre entre personnes familières de la Boutique solidarité - Fondation Abbé Pierre de Gagny et de jeunes acteurs professionnels.

 

...hic sunt leones, ici il y a des lions ! Cette sentence latine était utilisée par les géographes au Moyen-âge quand ceux-ci, incapables de dessiner les contours d’un monde, masquaient les bornes de leur connaissance par cette mise en garde. Gare à celui qui va vers l’inexploré, il sera dévoré ! ...hic sunt leones est une méchante farce où se juxtaposent le parcours d’un groupe de "hardcore" et la correspondance entre un père ermite et sa fille. Entre chiens et loups, tout progresse par fragments, par chocs. L'interrogation "quel monde allons-nous laisser à nos enfants ?" est renversée : "à quels enfants laissons-nous ce monde" ?

 

Quatrième semaine de représentation :

Du jeudi 16 au dimanche 19 mai à 20h


***


...hic sunt leones

Compagnie C.O.C.
Avec : Juliette Allemand, Abdellatif Aït El Kourd, Louise Blachère, Adèle Bossard-Gianessini, Guillermina Celedon, Guy Gallet, Etienne N'Simba, Michel Poirier, Jack Vincent, Dorothée Mabika Wa Beya

Un spectacle de Pierre-Vincent Chapus

Collaboration artistique et environnement sonore : Jérôme Baillet

Lumière : Fantôme

***

Représentations à la Ferme du Bonheur à 20h :
16, 17, 18, 19 mai

Représentations au Champ de la Garde sur le P.R.É à 20h :
6, 7, 8, 9, 19, 20, 21, 22, 23, 26, 27, 28, 29, 30 juin
3, 4, et 5 juillet

***

11€ plein tarif / 7€ pour les adhérents / 5€ tarifs réduits

Réservations : contact@lafermedubonheur.fr ou 01 47 24 51 24

 

 

***


En RER, c’est mieux, d’autant plus avec le dézonage !!!


RER A direction St Germain en Laye, Arrêt Nanterre Université sortie 1. Traversez la Fac. Longez la palissade des poètes avec des cirques derrière, des vignes devant. Soudain ! 2 pianos s’enfoncent dans la terre. Passez entre ! Porte en bois, cloche en bronze.


En voiture, tant pis pour vous !


Porte Maillot, direction La Défense, puis A14 Poissy Rouen. Prendre ensuite l’A86 direction St Germain en Laye. Prendre la 1ère sortie n°36 (Nanterre centre). Au feu à gauche, encore au feu à gauche. Environ 2,5 Km plus tard, à droite : Nanterre Université. Entrez, garez-vous. Palissade, porte en bois, cloche en bronze…

Partager cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 18:29

Affiche-COC-avril-juillet-2013-copie-2.jpg

 

« Le renard se tut et regarda longtemps le petit prince:  

- S'il te plaît... apprivoise-moi ! dit-il. »

 

En parlant avec toi, je me rends compte qu’un spectacle aussi s’apprivoise. Et chaque soir, lorsque mon regard vient se poser sur cette chose qui depuis samedi ne m’appartient plus tout-à-fait (elle est passée dans les mains des « acteurs » qui l’accompagnent chaque soir au Bal), je me retrouve face à la même inquiétude pleine d’amour que devant un être à peine né. Il y a quelque chose de solennel dans ces premiers instants, une fragilité, parfois le passage d’une grâce. Dans ces premiers jours…hic sunt leones, plus qu’il ne parle, babille, mais déjà il vous regarde avec bienveillance vous demandant de l’apprivoiser.

 

***

 

 

« Vous êtes sages, nous sommes le chaos.

Vous êtes rangés, nous sommes dérangés.

Vous êtes l’habitude, nous sommes l’imprudence. » 

 

Des cagoules, des cassettes, des drones, des voix de synthèse, des corps usés, des corps neufs, des grimaces, et des armes grotesques. Le réel te dégoûte ? Brûle-le ! Ce monde n’est pas le tien.

 

Après six mois de résidence d’écriture à La Ferme du Bonheur, Pierre-Vincent Chapus et la compagnie C.O.C. ont la joie de pouvoir y présenter ...hic sunt leones, leur nouvelle création. Fruit de cette expérience heureuse passée dans ce lieu refuge à la beauté hors-normes, ce spectacle organise la rencontre entre personnes familières de la Boutique solidarité - Fondation Abbé Pierre de Gagny et de jeunes acteurs professionnels.

 

...hic sunt leones, ici il y a des lions ! Cette sentence latine était utilisée par les géographes au Moyen-âge quand ceux-ci, incapables de dessiner les contours d’un monde, masquaient les bornes de leur connaissance par cette mise en garde. Gare à celui qui va vers l’inexploré, il sera dévoré ! ...hic sunt leones est une méchante farce où se juxtaposent le parcours d’un groupe de "hardcore" et la correspondance entre un père ermite et sa fille. Entre chiens et loups, tout progresse par fragments, par chocs. L'interrogation "quel monde allons-nous laisser à nos enfants ?" est renversée : "à quels enfants laissons-nous ce monde" ?

 

Troisième semaine de représentation :

Du mercredi 8 au dimanche 12 mai à 20h

***

...hic sunt leones

Compagnie C.O.C.
Avec : Juliette Allemand, Abdellatif Aït El Kourd, Louise Blachère, Adèle Bossard-Gianessini, Guillermina Celedon, Guy Gallet, Etienne N'Simba, Michel Poirier, Jack Vincent, Dorothée Mabika Wa Beya

Un spectacle de Pierre-Vincent Chapus

Collaboration artistique et environnement sonore : Jérôme Baillet

Lumière : Fantôme

***

Représentations à la Ferme du Bonheur à 20h :
  8, 9, 10, 11, 12, 16, 17, 18, 19 mai

Représentations au Champ de la Garde sur le P.R.É à 20h :
6, 7, 8, 9, 19, 20, 21, 22, 23, 26, 27, 28, 29, 30 juin
3, 4, et 5 juillet

***

11€ plein tarif / 7€ pour les adhérents / 5€ tarifs réduits

Réservations : contact@lafermedubonheur.fr ou 01 47 24 51 24

 

 

***


En RER, c’est mieux, d’autant plus avec le dézonage !!!


RER A direction St Germain en Laye, Arrêt Nanterre Université sortie 1. Traversez la Fac. Longez la palissade des poètes avec des cirques derrière, des vignes devant. Soudain ! 2 pianos s’enfoncent dans la terre. Passez entre ! Porte en bois, cloche en bronze.


En voiture, tant pis pour vous !


Porte Maillot, direction La Défense, puis A14 Poissy Rouen. Prendre ensuite l’A86 direction St Germain en Laye. Prendre la 1ère sortie n°36 (Nanterre centre). Au feu à gauche, encore au feu à gauche. Environ 2,5 Km plus tard, à droite : Nanterre Université. Entrez, garez-vous. Palissade, porte en bois, cloche en bronze…

  

Partager cet article
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 18:29

Affiche-COC-avril-juillet-2013-copie-1.jpg

 

Tout est inquiétant, brutal, nerveux, obscurci, tranché, rigoureux, contraint (organisé ???!!!)… Alors que tout est beau, doux, hasardeux, lumineux, vif, vivace, vivant… Voici ce que nous sommes.

***

 

 

« Vous êtes sages, nous sommes le chaos.

Vous êtes rangés, nous sommes dérangés.

Vous êtes l’habitude, nous sommes l’imprudence. » 

 

Des cagoules, des cassettes, des drones, des voix de synthèse, des corps usés, des corps neufs, des grimaces, et des armes grotesques. Le réel te dégoûte ? Brûle-le ! Ce monde n’est pas le tien.

 

Après six mois de résidence d’écriture à La Ferme du Bonheur, Pierre-Vincent Chapus et la compagnie C.O.C. ont la joie de pouvoir y présenter ...hic sunt leones, leur nouvelle création. Fruit de cette expérience heureuse passée dans ce lieu refuge à la beauté hors-normes, ce spectacle organise la rencontre entre personnes familières de la Boutique solidarité - Fondation Abbé Pierre de Gagny et de jeunes acteurs professionnels.

 

...hic sunt leones, ici il y a des lions ! Cette sentence latine était utilisée par les géographes au Moyen-âge quand ceux-ci, incapables de dessiner les contours d’un monde, masquaient les bornes de leur connaissance par cette mise en garde. Gare à celui qui va vers l’inexploré, il sera dévoré ! ...hic sunt leones est une méchante farce où se juxtaposent le parcours d’un groupe de "hardcore" et la correspondance entre un père ermite et sa fille. Entre chiens et loups, tout progresse par fragments, par chocs. L'interrogation "quel monde allons-nous laisser à nos enfants ?" est renversée : "à quels enfants laissons-nous ce monde" ?

 

Deuxième semaine de représentation :

Du jeudi 2 au dimanche 5 mai à 20h


***


...hic sunt leones

Compagnie C.O.C.
Avec : Juliette Allemand, Abdellatif Aït El Kourd, Louise Blachère, Adèle Bossard-Gianessini, Guillermina Celedon, Guy Gallet, Etienne N'Simba, Michel Poirier, Jack Vincent, Dorothée Mabika Wa Beya

Un spectacle de Pierre-Vincent Chapus

Collaboration artistique et environnement sonore : Jérôme Baillet

Lumière : Fantôme

***

Représentations à la Ferme du Bonheur à 20h :
27 et 28 avril
2, 3, 4, 5, 8, 9, 10, 11, 12, 16, 17, 18, 19 mai

Représentations au Champ de la Garde sur le P.R.É à 20h :
6, 7, 8, 9, 19, 20, 21, 22, 23, 26, 27, 28, 29, 30 juin
3, 4, et 5 juillet

***

11€ plein tarif / 7€ pour les adhérents / 5€ tarifs réduits

Réservations : contact@lafermedubonheur.fr ou 01 47 24 51 24

 

 

***


En RER, c’est mieux, d’autant plus avec le dézonage !!!

RER A direction St Germain en Laye, Arrêt Nanterre Université sortie 1. Traversez la Fac. Longez la palissade des poètes avec des cirques derrière, des vignes devant. Soudain ! 2 pianos s’enfoncent dans la terre. Passez entre ! Porte en bois, cloche en bronze.


En voiture, tant pis pour vous !

Porte Maillot, direction La Défense, puis A14 Poissy Rouen. Prendre ensuite l’A86 direction St Germain en Laye. Prendre la 1ère sortie n°36 (Nanterre centre). Au feu à gauche, encore au feu à gauche. Environ 2,5 Km plus tard, à droite : Nanterre Université. Entrez, garez-vous. Palissade, porte en bois, cloche en bronze…

Partager cet article
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 14:21

Affiche-COC-avril-juillet-2013.jpg

 

Voilà quatre ans que je travaille avec Abdel, Dorothée, Etienne, Guy et Michel. Voilà quatre ans que Roger suit mes pas avec intérêt et curiosité.

Des prémisses à la boutique solidarité de Gagny-Fondation Abbé Pierre de Gagny à ces derniers jours de répétitions à La Ferme du Bonheur, beaucoup de choses ont donc changé. Nos vies ont changé. Le monde et la France aussi ont changé. Pour cette dernière, pas forcément pour le mieux. En jouant à l’apprenti sorcier, un magicien vulgaire a cassé quelque chose et libéré des démons. Nous vivons désormais dans la crainte du monde, alors que nous devrions nous entraider pour croire en son avenir.  Notre présent est un flot continu pourri par nos nécroses.

Malgré cela, nous avons vu la beauté arriver sur notre chemin, de jeunes camarades de jeu à l’enthousiasme frondeur nous ont rejoints.  Notre troupe s’est muée en famille. Nous voilà réunis dans une grange à théâtre, faisant spectacle comme nous le pouvons, comme nous le voulons, avec ce que nous glanons. C’est de bric et de broc, c’est comme ça, c’est ce que nous sommes.

C’est dans cette atmosphère paradoxale que s’est ainsi fait …hic sunt leones, un délire pétri de nos peurs et de notre fascination pour ce qu’il peut y avoir d’intolérant, de brutal, de mortifère en nous ; un récit éclaté empruntant à La Ferme du Bonheur beaucoup plus qu’un simple espace, des bouts de bois et des fils électriques ; une méchante farce boiteuse, complexe, parfois agressive, souvent pleine d’amour : un animal difficilement apprivoisable, mais moins terrible qu’il n’en a l’air.

Alors que tout tend à une sorte de concrétion généralisée, jouer ce spectacle ici  est une évidence : ce lieu-refuge multiplie et génère l’air de rien les preuves tangibles d’une résistance possible et accessible à tous.

Adèle, Guillermina, Jack, Juliette, Louise accompagnent désormais Abdel, Dorothée, Etienne, Guy et Michel, mes héros, eux qui, du fait de leur position sociale, ont pris les coups en premier et peuvent témoigner de la dureté des coups par leurs corps, leurs voix, leurs regards. Ils sont là devant vous, debout et ils vous regardent.

 

***

« Vous êtes sages, nous sommes le chaos.

Vous êtes rangés, nous sommes dérangés.

Vous êtes l’habitude, nous sommes l’imprudence. » 

 

Des cagoules, des cassettes, des drones, des voix de synthèse, des corps usés, des corps neufs, des grimaces, et des armes grotesques. Le réel te dégoûte ? Brûle-le ! Ce monde n’est pas le tien.

 

Après six mois de résidence d’écriture à La Ferme du Bonheur, Pierre-Vincent Chapus et la compagnie C.O.C. ont la joie de pouvoir y présenter ...hic sunt leones, leur nouvelle création. Fruit de cette expérience heureuse passée dans ce lieu refuge à la beauté hors-normes, ce spectacle organise la rencontre entre personnes familières de la Boutique solidarité - Fondation Abbé Pierre de Gagny et de jeunes acteurs professionnels.

 

...hic sunt leones, ici il y a des lions ! Cette sentence latine était utilisée par les géographes au Moyen-âge quand ceux-ci, incapables de dessiner les contours d’un monde, masquaient les bornes de leur connaissance par cette mise en garde. Gare à celui qui va vers l’inexploré, il sera dévoré ! ...hic sunt leones est une méchante farce où se juxtaposent le parcours d’un groupe de "hardcore" et la correspondance entre un père ermite et sa fille. Entre chiens et loups, tout progresse par fragments, par chocs. L'interrogation "quel monde allons-nous laisser à nos enfants ?" est renversée : "à quels enfants laissons-nous ce monde" ?

 

PREMIERE LE SAMEDI 27 AVRIL  A 20H !!!


***

...hic sunt leones

Compagnie C.O.C.
Avec : Juliette Allemand, Abdellatif Aït El Kourd, Louise Blachère, Adèle Bossard-Gianessini, Guillermina Celedon, Guy Gallet, Etienne N'Simba, Michel Poirier, Jack Vincent, Dorothée Mabika Wa Beya

Un spectacle de Pierre-Vincent Chapus

Collaboration artistique et environnement sonore : Jérôme Baillet

Lumière : Fantôme

***

Représentations à la Ferme du Bonheur à 20h :
27 et 28 avril
2, 3, 4, 5, 8, 9, 10, 11, 12, 16, 17, 18, 19 mai

Représentations au Champ de la Garde sur le P.R.É à 20h :
6, 7, 8, 9, 19, 20, 21, 22, 23, 26, 27, 28, 29, 30 juin
3, 4, et 5 juillet

***

11€ plein tarif / 7€ pour les adhérents / 5€ tarifs réduits

Réservations : contact@lafermedubonheur.fr ou 01 47 24 51 24

 

 

*** 

En RER, c’est mieux, d’autant plus avec le dézonage !!!

RER A direction St Germain en Laye, Arrêt Nanterre Université sortie 1. Traversez la Fac. Longez la palissade des poètes avec des cirques derrière, des vignes devant. Soudain ! 2 pianos s’enfoncent dans la terre. Passez entre ! Porte en bois, cloche en bronze.

En voiture, tant pis pour vous !

Porte Maillot, direction La Défense, puis A14 Poissy Rouen. Prendre ensuite l’A86 direction St Germain en Laye. Prendre la 1ère sortie n°36 (Nanterre centre). Au feu à gauche, encore au feu à gauche. Environ 2,5 Km plus tard, à droite : Nanterre Université. Entrez, garez-vous. Palissade, porte en bois, cloche en bronze…

***

La Ferme du Bonheur

220 avenue de la République 92000 Nanterre

01 47 24 51 24

contact@lafermedubonheur.fr

Partager cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 11:57

Affiche-COC-decembre-2012.jpg

 

Vendredi 7 décembre à 20h à la Ferme du Bonheur : introduction à la résidence de C.O.C.

 

Depuis le début du mois d’octobre, Pierre-Vincent Chapus de la compagnie C.O.C. est en résidence d’écriture pour sa nouvelle création hic sunt leones / jeune fille rendue à la vie.

Première fenêtre ouverte sur ce dialogue entre La Ferme du  Bonheur et une fantaisie où il est question de marginalité choisie de nature et de transmission, cette veillée lecture prendra la forme d’une performance dont les héros sont autant ceux qui écrivent l’histoire de La Ferme du Bonheur aujourd’hui que les fantômes habitant l’esprit d’un auteur.

Poème animé sur tas de fumier, cette introduction à une démarche propre balancera entre effacement et ego trip, cette projection d’imaginaires à propos d’un même lieu-œuvre appartenant autant à ceux qui y travaillent qu’à lui-même, tentera de donner naissance à un langage commun.

 

Carnet de bord, 30 novembre 2012 :

« Le 7 décembre sera le 68ème jour depuis le début de ma résidence à La Ferme du Bonheur. Mon travail consiste à saisir les signes pour les interpréter, les malaxer, les tordre. Voici ce qu’il en est :

 

Soit 

 

                 68

…or…

 

                                                                                              6+8=14

                                                                    

 …donc :

 

Selon une lecture kabbalistique de ce chiffre, chaque main comporte 14 phalanges, soit au total 28, qui sont les 28 lettres du premier verset de la Tora qui fait passer le monde du néant à l'être. Le 7 décembre est l’avènement d’une nouvelle ère bâtie de mes propres mains : hic sunt leones. Le hasard n’est qu’une farce, tout est écrit.

Le 7 décembre, ce sera leur parole contre la mienne. Œil pour œil, dent pour dent, tous  les coups donnés seront cette fois rendus. Mauvais western à ciel ouvert. Mauvais giallo au coin du feu. Bataille de spectres sous la lune. Comme dans ces films d’horreur où les jeunes filles hurlent et les synthétiseurs crissent, je promets cadavres déterrés, ondes carrées, fantômes, bruit blanc et tueurs sanguinaires. Je dis : ceci n’est pas une veillée lecture, comme on dit « ceci n’est pas une pipe ». Ceci est un affrontement, une cérémonie, une vengeance, une remise à zéro : hic sunt leones. Je ne crois pas à l’inconnu. Je crois à la répétition et au cercle.

Voici donc La Ferme du Bonheur par une nuit froide d’automne (venez habillés chaudement) et voici ce que j’en fais. Les unes ont apporté leurs histoires, leurs mensonges, les autres leurs outils, peut-être même leur musique, je vais leur opposer ma folie : hic sunt leones.

Dans ce lieu où la merde est la denrée première, je cite Roger des Prés citant Jean Genet : « la poésie ou l’art d’utiliser les restes, utiliser la merde et vous la faire bouffer […] en transformant des matières réputées viles en matières acceptées comme nobles ».  Il faut être prudent avec l’usage des citations, croyez-en l’expérience du survivant revenant à Nanterre via l’enfer… »

 

 

***

La compagnie C.O.C. & la Ferme du Bonheur

présentent

 

Introduction à la résidence : Hic Sunt Leones / Jeune Fille Rendue à la Vie

 

Vendredi 7 décembre à 20h

 

Entrée libre – Restauration – Bar…

 

 

 

*** 

En RER, c’est mieux !!! 

RER A direction St Germain en Laye, Arrêt Nanterre Université sortie 1. Traversez la Fac. Longez la palissade des poètes avec des cirques derrière, des vignes devant. Soudain ! 2 pianos s’enfoncent dans la terre. Passez entre ! Porte en bois, cloche en bronze. 

En voiture, tant pis pour vous ! 

Porte Maillot, direction La Défense, puis A14 Poissy Rouen. Prendre ensuite l’A86 direction St Germain en Laye. Prendre la 1ère sortie n°36 (Nanterre centre). Au feu à gauche, encore au feu à gauche. Environ 2,5 Km plus tard, à droite : Nanterre Université. Entrez, garez-vous. Palissade, porte en bois, cloche en bronze… 

Partager cet article
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 14:54

 

Affiche KK 2011 [1] copie

 

 

Et bien ! C’est incroyable ! Le public qui vient voir ce spectacle n’a pas du tout la même réaction qu’en 2006 ! Ceux qui reviennent me disent tous qu’ils ne le reconnaissent pas, qu’ils entendent de nouvelles choses, qu’ils ne se souviennent pas d’autres… En 2006, il était plutôt choqué, cette fois, il est plutôt… bouleversé ; les applaudissements étaient plutôt timides en 2006, là ils sont nourris…

Les journalistes présents n’en pensent pas moins, à l’instar de Patrick Sourd dans les Inrocks de cette semaine et sur France Culture, de Martine Silber sur son fameux blog et sur mediapart, du site qui grimpe fluctuat.net, entre autres…

 

 

Que s’est-il passé ?

 

2006 était-elle trop proche des émeutes ?

 

Les années sécuritaires - même mal assumées - du gouvernement ont-elles réveillé nos consciences ?

 

Pense-t-on qu’il faut - enfin ! - régler le problème de « la banlieue » ?

 

Peut-on penser que les propositions pour des lendemains qui chantent y naîtront ?

 

 

            Pour ma part, je ne saurais quoi dire, perturbé par cette différence, et passionné par l’aventure de la Ferme depuis bientôt 20 ans au cœur de ce désordre urbain mythologique… En tout cas, heureux, très heureux de l’aventure – et des réussites ! – de la Ferme du Bonheur, très heureux de ces réactions, très heureux que des propositions de tournée ont émergé, très heureux des invités qui ont dialogué avec le public les vendredis, très heureux de ceux qui seront là ce dernier vendredi, deux nanterriens très impliqués « dans la Cité », revenus de hautes sphères du « monde politique » et qui, comme de plus en plus nombreux, comprennent que la politique n’existe plus que… sur le terrain ! 

 

 

 

 

 

PROGRAMME

 

Jeudi 3 novembre : spectacle

Vendredi 4 novembre : spectacle + discussion après la représentation avec Thomas Pagotto, instituteur, membre de l’ICEM (Institut Coopératif de l’École Moderne) et de l’AFL (Association Française pour la Lecture) et Régis Signarbieux, professeur de lettres et d’histoire en lycée professionnel, formateur.

Samedi 5 novembre : Dernière.

 

 

 

En RER, c’est mieux

RER A direction St Germain en Laye, Arrêt Nanterre Université sortie 1. Traversez la Fac. Longez la palissade des poètes avec des cirques derrière, des vignes devant. Soudain ! 2 pianos s’enfoncent dans la terre. Passez entre ! Porte en bois, cloche en bronze.

En voiture, tant pis pour vous !

Porte Maillot, direction La Défense, puis A14 Poissy Rouen. Prendre ensuite l’A86 direction St Germain en Laye. Prendre la 1ère sortie n°36 (Nanterre centre). Au feu à gauche, encore au feu à gauche. Environ 2,5 Km plus tard, à droite : Nanterre Université. Entrez, garez-vous. Palissade, porte en bois, cloche en bronze…

 

Partager cet article
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 13:18

Troisième et avant-dernier weekend

 

Affiche KK 2011 [1] copie

 

 

KHALED KELKAL, UNE EXPÉRIENCE DE LA BANLIEUE

 

JEUDI 27 OCTOBRE, VENDREDI 28 OCTOBRE, SAMEDI 29 OCTOBRE

 

           

 

            On court les médias qui ont vu le spectacle et qui ont aimé au point de m’inviter à en parler, entre autres, mercredi 2 novembre à 21 heures en direct sur France Inter et pour « Studio Théâtre » de Laure Adler.

 

            Et on se réjouit que la sauce publique prenne - ça réserve sec ! - et on est impatient de ce vendredi puisque la discussion organisée cette semaine se passera autour de Stéphane Gatignon, maire de Sevran dans le fameux 9-3, à qui l’on doit les spectaculaires déclarations sur la « requête des Casques Bleus dans les banlieues » ou encore  celle de la « légalisation de la drogue »

 

            Je me préparais à polémiquer sur ces Casques Bleus mais me voilà bien troublé après renseignements sur l’homme et sa ville : c’est révoltant comment, après que Le Monde ait publié l’entretien de Khaled Kelkal en 1995 ou Libération la lettre dictée en 2005 pendant les émeutes par des lycéens pro à leur professeur de français et histoire (Régis Signarbieux, qui sera l’intervenant du dernier vendredi, le 4 novembre), révoltant, disais-je, comment rien, ou si peu que c’en est grave, n’aura été fait…

 

 

Pourquoi ?

 

Qu’on ne dise pas qu’aucune solution n’existe !

 

Qu’on ne dise pas qu’il n’y a plus d’espoir !

 

Qu’attend-on ?

 

L’arrivée des Casques Bleus ?

 

 

Allez ! Optimistes activistes, au travail !!!

 

 

 

 

 

 

PROGRAMME

 

Jeudi 27 octobre : spectacle

Vendredi28 octobre : spectacle + discussion après la représentation avec Stéphane Gatignon, maire de Sevran (93)

Samedi 29 octobre : spectacle

 

Jeudi 3 novembre : spectacle

Vendredi 4 novembre : spectacle + discussion après la représentation avec Thomas Pagotto, instituteur, membre de l’ICEM (Institut Coopératif de l’École Moderne) et de l’AFL (Association Française pour la Lecture) et Régis Signarbieux, professeur de lettres et d’histoire en lycée professionnel, formateur.

Samedi 5 novembre : Dernière.

 

 

 

En RER, c’est mieux

RER A direction St Germain en Laye, Arrêt Nanterre Université sortie 1. Traversez la Fac. Longez la palissade des poètes avec des cirques derrière, des vignes devant. Soudain ! 2 pianos s’enfoncent dans la terre. Passez entre ! Porte en bois, cloche en bronze.

En voiture, tant pis pour vous !

Porte Maillot, direction La Défense, puis A14 Poissy Rouen. Prendre ensuite l’A86 direction St Germain en Laye. Prendre la 1ère sortie n°36 (Nanterre centre). Au feu à gauche, encore au feu à gauche. Environ 2,5 Km plus tard, à droite : Nanterre Université. Entrez, garez-vous. Palissade, porte en bois, cloche en bronze…

Partager cet article

Présentation

  • : La Ferme du Bonheur
  • : La Ferme du Bonheur est une cellule de recherche et de réflexion sur l’Homme et la Terre qui utilise la culture sous toutes ses formes (théâtre, musique, danse, arts plastiques, cinéma…) mais aussi l’action sociale et la pédagogie…ou encore l’urbanisme, l’architecture, l’environnement, l’agriculture, l’écologie…
  • Contact

Livre

La Ferme du Bonheur

http://www.actes-sud.fr/sites/default/files/couv_jpg/9782742763894.jpg

Edition Acte Sud

Disponible chez :

Piceminister

Amazon

Recherche

NDLR

La culture, mot et concept est d’origine romaine. Le mot "culture" dérive de « colere » - cultiver, demeurer, prendre soin, entretenir préserver - et renvoie primitivement au commerce de l’homme avec la nature en vue de la rendre propre à l’habitation humaine. En tant que tel, il indique une attitude de tendre souci, et se tient en contraste marqué avec tous les efforts pour soumettre la nature à la domination de l’homme.

Hannah Arendt, La crise de la culture.

Archives