Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 13:54
Le Printemps des Poètes

La Ferme du Bonheur ouvre sa saison 2017 Dimanche 19 mars avec Le Printemps des Poètes !

Le programme :

Au terme de la traditionnelle hibernation de la Ferme du Bonheur, l'intronisation hautement symbolique de chaque nouvelle année s’opère avec notre outil premier : la Poésie ! Cette année le thème choisi par les organisateurs du Printemps des Poètes est «Afrique(s)». Si de nombreuses voix de nos frères et soeurs Africains, de «toutes» les Afriques, se liront, s’entendront ici et là sur et dans la Ferme, fidèles à nous-mêmes, frondeurs ou autres «communistes pratiquants non-croyants», nous nous placerons sous l’auspice du titre-même du recueil de Poèmes de pensée d’Hannah Arendt :

« Heureux celui qui n’a pas de patrie »

10h00
Transhumance urbaine, ponctuée des performances d’un collectif de photographes et de vidéastes mené par Laure Crubilé, qui travaille sur la dichotomie Homme/Machine, Homme/Ville… Les moutons de la Ferme transcendent!!! Rdv sous la Grande Arche de la Défense à 10h pétantes!

12h30
Vernissage de notre Palissade des Poètes, qui borde la Ferme, dans ses habits 2017: «Afrique(s)», d’une idée de Roger des Prés réalisée par Roger avec la bande à Crubilé cette fois emmenée par les Sœurs Chevalme… Comme d’hab et sans fausse modestie, ça va être beau et on la verra de tout l’espace public pendant un an!!!

13h00
Vous avez pensé à amener votre pic-nic ou vous avez réservé la soupe de la Ferme.

14h00
Incontournables Travaux Dominicaux d’Agro-Poésie au Champ de la Garde sur le P.R.É… Départ à moutons à 14h pétantes ! On cultive si on veut les quatre hectares de friche arrachés au projet «urbain» derrière la Défense, quatre hectares de moins en moins souillés/pollués, de plus en plus riches, beaux… grâce à vous, aux foules qui sont venues partager notre grand-œuvre d’Agro-Poésie de communistes pratiquants non-croyants : La Fabrique du P.R.É… «Paysannes ! Paysans ! À terre !!!»

18h00
Projections cinéma d’Afrique du Sud :
- « Song of myself » très court métrage de Roger des Prés et Delphine de Blic avec nos copains les jeunes du bidonville de Kliptown-Soweto à partir d’un poème de Walt Whitman
- « Hillbrow » un moyen métrage de Nicolas Boone, un bijou plastique au cœur du quartier hallucinant et halluciné au centre de Johannesburg

19h-Minuit
Bal Kabar Maloya !!! Tarifs : 5€ / 7€
Emmené par les musiciens de Séksion maloya ! Un Kabar, c’est un bal à la Réunion, le Maloya c’est une musique à chanter… et à danser, une musique qui, dès l’origine, se métisse, n’en finit pas de se métisser, une musique vivante ! Seksion Maloya enfonce le clou, Seksion Maloya est… de Nanterre !!! Parfait pour la Ferme du Bonheur, toujours hors du temps et de l’espace…

Billetterie du Kabar ici

GAYAR VEU DANSÉ !!!

 

On dînera d’un Rougaï Saucisse… Woaw !!!

2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 17:08

TOTUSannonce-web.jpg

 

ateate est un collectif lituanien d’arts plastiques.

 

 

En RER, c’est mieux, d’autant plus avec le dézonage !!! 

RER A direction St Germain en Laye, Arrêt Nanterre Université sortie 1. Traversez la Fac. Longez la palissade des poètes avec des cirques derrière, des vignes devant. Soudain ! 2 pianos s’enfoncent dans la terre. Passez entre ! Porte en bois, cloche en bronze. 

En voiture, tant pis pour vous ! 

Porte Maillot, direction La Défense, puis A14 Poissy Rouen. Prendre ensuite l’A86 direction St Germain en Laye. Prendre la 1ère sortie n°36 (Nanterre centre). Au feu à gauche, encore au feu à gauche. Environ 2,5 Km plus tard, à droite : Nanterre Université. Entrez, garez-vous. Palissade, porte en bois, cloche en bronze… 

***

La Ferme du Bonheur

220 avenue de la République 92000 Nanterre

01 47 24 51 24

contact@lafermedubonheur.fr 

Published by La Ferme du Bonheur - dans Arts Plastiques
commenter cet article
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 16:38

Affiche-Exposition-Gagny-mai-2014.jpg

 

 

La Ferme du Bonheur et la Boutique Solidarité de Gagny ont une longue histoire en commun : des bénéficiaires qui deviennent acteurs dans les pièces de Pierre-Vincent Chapus de la Compagnie C.O.C., en résidence de création puis en représentation dans la Salle de Bal ou au Champ de la Garde sur le P.R.É ; des personnes qui viennent au « Noël Clochard », les bras chargés de nourriture et d’ordinateurs pour notre administration ; certains d’entre eux qui reviennent spontanément, régulièrement, en qualité de bénévoles… parfois jusqu’à ce qu’on puisse leur créer un emploi ; et puis des visites, des goûters communs, etc. etc. etc.

 

Aussi, quand Nadia nous propose une exposition, nous ne pouvons que dire OUI !!!

VERNISSAGE DE L’EXPOSITION

« OU EST-CE QUE T’EN ES MON GARS ? »

MARDI 6 MAI

à 18h

 

EXPOSITION DU 6 MAI AU 17 MAI

De 10h à 18h

(sauf le jeudi 8 et lundi 12 mai)

 

DÉCROCHAGE SAMEDI 17 MAI

à 17h

 

Nous la laissons vous présenter ce projet :

Explications Nadia - Gagny

 

 

________________________________________________________________

Prochainement à la Ferme du Bonheur

 

Tous tous tous les dimanches : Rendez-vous à 15h pour aller au Champ de la Garde sur le P.R.É

 

Du 1er au 25 mai, du jeudi au dimanche  à 20h30: Théâtre/cinéma : « L’ennemi déclaré – Jean Genet trahi par Roger des Prés »

 

Du 6 au 17 mai : exposition « Où est-ce que t’en es mon gars ? » de la Boutique Solidarité de Gagny. Vernissage le 6 mai à 18h, puis tous les jours de 10h à 18h (sauf jeudi 8 et lundi 12 mai), Décrochage le 17 mai à 17h. GRATUIT !!!

 

Jeudi 29 mai de 11h à 22h : Électro d’Bal « en mai, fais ce qu’il te plait » avec Mosca Verde, Uproot Andy, Trimaps, Julio Inti aka Laroyé.

 

Du Vendredi 31 mai au dimanche 1er juin : Le Rendez-vous aux Jardins ! ! ! Cette année, gros et grand rdv de tous les écolos internationaux, énervés par les escrocs agro-financiers qui se battent avec les meilleures armes : la fête, le travail, le don ! ! !

 

Samedi 14 juin de 12h à 22h : Fête de soutien à la Ferme du Bonheur

 

Samedi 28 juin de 12h à 22h : Teuf électro à La Ferme du Bonheur

 

Tout l’été : festival Nouvelle-Orléans. Avec le Preservation Hall Jazz Band, The Trio (Georges Porter Jr., Johnny Vidacovich, June Yamagishi), The Treme Brass Band, Quintron & Miss Pussycat, Nicky Da B, Rusty Lazer… + projection des documentaires et conférence de Kevin McCaffrey, projections de “Les Bêtes du Sud Sauvage”, “Trouble The Water”, « Belizaire » + Cuisine créole, cajun, NOLA… etc. etc. etc.

 

Et toujours… toujours-toujours…

Du mardi au vendredi  12h>14h hors vacances scolaires, mais tous tous tous les dimanches en mode brunch 11h30>15h : Table d’Hôtes de la Ferme du Bonheur. Réserveeeeeeeeez ! ! !

 __________________________________________________

En RER, c’est mieux, d’autant plus avec le dézonage !!! 

RER A direction St Germain en Laye, Arrêt Nanterre Université sortie 1. Traversez la Fac. Longez la palissade des poètes avec des cirques derrière, des vignes devant. Soudain ! 2 pianos s’enfoncent dans la terre. Passez entre ! Porte en bois, cloche en bronze. 

En voiture, tant pis pour vous ! 

Porte Maillot, direction La Défense, puis A14 Poissy Rouen. Prendre ensuite l’A86 direction St Germain en Laye. Prendre la 1ère sortie n°36 (Nanterre centre). Au feu à gauche, encore au feu à gauche. Environ 2,5 Km plus tard, à droite : Nanterre Université. Entrez, garez-vous. Palissade, porte en bois, cloche en bronze… 

Published by La Ferme du Bonheur - dans Arts Plastiques
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 21:57

Affiche-Turpin-2012.jpg

 

Vernissage samedi 1er décembre de 14h à 20h

 

 

La Ferme du Bonheur a le Bonheur de vous convier à

 

« Parc André Malraux, Nanterre »

 

une exposition des peintures d’Olivier Turpin, l’Époque IV du Cycle Privé/Public, un cycle d’actions artistiques dans le petit appartement  n°355, au 35ème étage de la Tour Nuage d’Émile Aillaud, 19 allée des Demoiselles d’Avignon à Nanterre, investi par Roger des Prés, fondateur de la Ferme du Bonheur, au lendemain du « classement » médiatique d’un ministre de l’intérieur de « 24 quartiers hautement criminogènes, honte de la France »…

 

Olivier avait exposé avec son frère dans la galerie municipale il y a plusieurs années, et s’était baladé dans Nanterre, photographiant partout. Lors de notre rencontre l’an passé il me montre ses peintures et m’annonce qu’après avoir retrouvé ses vieilles photos il avait choisi de peindre… MA tour ! L’affaire était entendue, l’Époque IV de « Privé/public » s’engageait ! J’ai accompagné souvent Olivier pour lui montrer le quartier, le (rare ?) génie d’une décision d’urbanisation d’État : d’abord un parc, dessiné par Jacques Sgard ouvert 24h/24, pour la première fois en france, autour duquel se distribuent des équipements publics (Centre Dramatique National des Amandiers, École de danse de l’Opéra de Paris, Foyer des Musiciens, etc.) et des logements, tous dessinés dans les fameuses années 60-70 par des architectes de talent, Darras, Kalisz, et enfin Aillaud, drôle de bonhomme, dandy décalé à qui l’on doit les cités parmi les plus trash mais les plus belles (la Grande Borne à Grigny, les Courtillières à Pantin, la Noë à Chanteloup les Vignes, la cité Wiesberg à Forbach… et les Tours Nuages à Nanterre !) qui déclarait : « Ce n’est pas mon travail d’augmenter le SMIC des gens qui vont habiter « chez moi » mais ce que je peux faire c’est y mettre de la poésie ».D’une part, je vous laisse imaginer l’ardeur de son combat au regard de l’immense majorité de ces constructions de l’époque, ce qu’on a appelé « cages à lapins – boîtes à chaussures » ; d’autre part, il est honteux de taxer de « honte de la france » les sociétés qui y vivent, aujourd’hui où peu de gens ont même le SMIC ; 40% de la cité est au chômage, alors que de l’autre côté d’une des rues qui la bordent, s’érige… le siège de la Société Générale, éperon ouest du quartier de la Défense !!! 

 

Et pour illustrer le postulat  Privé/Public, citons, encore et toujours, Jean Genet : « la poésie ou l’art d’utiliser les restes, utiliser la merde et vous la faire bouffer […] en transformant des matières réputées viles en matières acceptées comme nobles ».

 

Olivier Turpin, Roger des Prés, la Ville de Nanterre et le Conseil général des Hauts-de-Seine vous invitent donc à changer votre regard, admirer un quartier d’une beauté rare en france, participer d’une société populaire, jeune… pleine d’énergie !

 

 

***

 

 

L’Époque IV

du Cycle « Privé / Public »

 

Olivier TURPIN, peintures

« Parc André Malraux, Nanterre »

 

du samedi 1er au dimanche 9 décembre

puis du 10 décembre au 10 janvier 2013 sur rendez-vous

dans l’appartement 355 au 35ème étage de la tour-nuage Émile Aillaud, 19 allée des Demoiselles d’Avignon à Nanterre

 

Vernissage samedi 1er décembre de 14h à 20h

 

Pour venir, le plus simple et beau est encore de prendre le RER A, de descendre à Nanterre-Préfecture, puis de traverser l’esplanade Charles de Gaulle, d’entrer dans le parc André Malraux en longeant les étonnantes architectures de Jacques Kalisz en direction des Tours-Nuages. La 19 est la plus haute, la plus belle, la bleue ciel…

 

En plus moche, Métro ligne 1 terminus La Défense, prendre l'escalier à gauche de l'Arche, marcher 10 mn en suivant la direction « avenue Pablo Picasso » ; vous verrez vite les Tours Nuages et juste après le serpent, c'est la tour la plus haute, la plus belle, la bleue ciel…

Published by La Ferme du Bonheur - dans Arts Plastiques
commenter cet article

Présentation

  • : La Ferme du Bonheur
  • La Ferme du Bonheur
  • : La Ferme du Bonheur est une cellule de recherche et de réflexion sur l’Homme et la Terre qui utilise la culture sous toutes ses formes (théâtre, musique, danse, arts plastiques, cinéma…) mais aussi l’action sociale et la pédagogie…ou encore l’urbanisme, l’architecture, l’environnement, l’agriculture, l’écologie…
  • Contact

Livre

La Ferme du Bonheur

http://www.actes-sud.fr/sites/default/files/couv_jpg/9782742763894.jpg

Edition Acte Sud

Disponible chez :

Piceminister

Amazon

Recherche

NDLR

La culture, mot et concept est d’origine romaine. Le mot "culture" dérive de « colere » - cultiver, demeurer, prendre soin, entretenir préserver - et renvoie primitivement au commerce de l’homme avec la nature en vue de la rendre propre à l’habitation humaine. En tant que tel, il indique une attitude de tendre souci, et se tient en contraste marqué avec tous les efforts pour soumettre la nature à la domination de l’homme.

Hannah Arendt, La crise de la culture.