Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 15:37

Recto-flyer-Genet.jpg

 

Du jeudi au dimanche,
du 24 avril au 25 mai


L'ennemi déclaré


Jean Genet trahi par Roger des Prés

à la Ferme du Bonheur - Nanterre 

 

«Une chose est sacrée pour moi -j’emploie bien le mot sacré- sacré, c’est le temps. Le temps, j’ai eu l’impression, et je l’ai encore, qu’un certain temps de vie à ma naissance m’était donné. Donné par qui ? Ça je ne sais pas, évidemment. Mais il me semble donné par un dieu. Mais de toute façon, n’imaginez pas un dieu moralisateur comme vous l’êtes et avec un visage de ténèbres comme vous le savez. Ce n’est pas ça. C’est un dieu assez souriant pour me guider et pour me faire gagner aux échecs, par exemple. Et puis enfin, c’est un dieu que j’invente, comme on invente des règles. Je me réfère à lui, c’est une affaire entendue, mais je l’invente. Voilà tout ce que je peux vous dire. Mais il ne danse pas comme celui auquel voudrait croire Nietzsche, il ne danse pas mais il s’amuse. En tous cas, il s’amuse avec moi, il ne me quitte pas une seconde.» J.G. 

 

1910. Cinq ans après la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, quatre ans avant la Grande Guerre… l’année de naissance de Jean Genet, poète…
« Monsieur », aristocrate fin de lignée, au retour d’un enterrement, croise un jeune va-nu-pieds et lui propose de l’avancer sur sa route. Le jeune homme s’avérant, contrairement à ce que sa mise peut laisser penser, doté de talent d’écriture, Monsieur lui propose de venir au château où il lui fera donner par ses quatre majordomes le bain, des vêtements, le couvert et le gîte, puis de beaux livres, un beau bureau, de beaux papiers, de belles encres, un beau plumier… les moyens de s’accomplir !
De cet espace et ce temps en compagnie de ces personnages, nous digresserons sans vergogne au Liban, en Afrique du Nord et Noire, aux U.S.A., en Allemagne, en Morvan, en Touraine…  tout au long de la vie de Jean Genet  -« voleur, traître, pédéraste »- et de son œuvre, poétique et politique, violemment inscrites dans le monde moderne, une vie et une œuvre érigées en absolu poème, comme la Ferme du Bonheur s’y emploie depuis vingt ans à Nanterre.
 

 

Avec :
Frédéric Danos, Mathieu Bord, Antoine de Benoist de Gentissart, Pierre Daugy, Léonard N'Guyen Van Thé, Joël Koné.

    
 

 


L'ennemi déclaré

Jean Genet trahi par Roger des Prés


à La Ferme du Bonheur,
220 avenue de la République
Nanterre


Du 24 avril au 25 mai, du jeudi au dimanche à 20h30
Tarifs : 19, 15 et 11 euros

 

Attention ! Disposition particulière :
 
24 places pour les femmes ! 24 pour les hommes !

 

rsvp : contact@lafermedubonheur.fr - 01 47 24 15 24
www.lafermedubonheur.fr
facebook

***

 

Production : La Ferme du Bonheur

Avec le soutien de : Ministère de la Culture - DRAC Ile-de-France, ARCADI, CG 92, Ville de Nanterre, Théâtre Nanterre Amandiers - CDN, EPCC Château de La Roche Guyon, Domaine de La Chaux-Alligny en Morvan

 

Partager cet article

Published by La Ferme du Bonheur - dans Théâtre(s)
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Ferme du Bonheur
  • La Ferme du Bonheur
  • : La Ferme du Bonheur est une cellule de recherche et de réflexion sur l’Homme et la Terre qui utilise la culture sous toutes ses formes (théâtre, musique, danse, arts plastiques, cinéma…) mais aussi l’action sociale et la pédagogie…ou encore l’urbanisme, l’architecture, l’environnement, l’agriculture, l’écologie…
  • Contact

Livre

La Ferme du Bonheur

http://www.actes-sud.fr/sites/default/files/couv_jpg/9782742763894.jpg

Edition Acte Sud

Disponible chez :

Piceminister

Amazon

Recherche

NDLR

La culture, mot et concept est d’origine romaine. Le mot "culture" dérive de « colere » - cultiver, demeurer, prendre soin, entretenir préserver - et renvoie primitivement au commerce de l’homme avec la nature en vue de la rendre propre à l’habitation humaine. En tant que tel, il indique une attitude de tendre souci, et se tient en contraste marqué avec tous les efforts pour soumettre la nature à la domination de l’homme.

Hannah Arendt, La crise de la culture.