Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 17:41

C'est ça…

Ayons peur !

Restons chez nous !

Chez nous la fraaaaance…

 

Et bien, certainement pas à la Ferme du Bonheur, ah ça non ! Oh que non !

 

Si j'ai longtemps cru que j'aurais 17 ans pendant quelques milliards d'années... après avoir perdu une roue, un rétroviseur, percé une durite, froissé une aile… et perdu père et mère, j'ai naguère totalement réalisé que j'allais mourir... Et bien en attendant, je tiens table ouverte, danse beaucoup, engueule mes «représentants (sic!) politiques (re-sic!)»… et plante des arbres!
 

Et comme signe de l'optimisme indécrottable (et activiste!) de la Ferme du Bonheur, le premier agneau de la saison est né une heure avant le spectacle dimanche dernier, lundi des jumeaux, hier un autre, ce matin encore... Et encore un autre petit bonheur, samedi prochain après le spectacle, Anne-Cécile DANIEL, chercheuse à AgroParisTech nous fait une petite conférence sur son travail sur l'agriculture urbaine, dont la Ferme du Bonheur est un des ses terrains d'étude favoris ; on en entendra des bonnes sur la panique officielle de pollution des sols «urbains» et –je vous le donne en mille– les grâces de la Ferme du Bonheur à nettoyer tout ça ;-) Et jamais 2 sans 3, ultime Bonheur de ce dernier week-end après 3 mois avec Jean Giono…

Ah mince ! Non, quatre Bonheurs : enfin une journaliste, et un bel article ! Merci Marie-Jo ! Et en plus tu nous balances sur France Culture. Tu touches minouche ! Le lien - cliquez  ici

Roger

 

AgroParisTech & la Ferme du Bonheur discutent des enjeux de l'agriculture urbaine autour de la contamination des sols.

On profite de l'avant dernière représentation de «l'homme qui plantait des arbres», pour faire le point sur nos plantations à nous et nos ambitions pour faire face aux contaminations de nos sols. Depuis presque un an, on bosse avec AgroParisTech pour mieux comprendre ce vaste et complexe sujet qui soulève d'importants enjeux dans ce « pas si nouveau » domaine de l'agriculture urbaine. On se fait osculter comme chez le docteur, on nous prend nos vers de terre, des échantillons de sol, des morceaux de légumes. Ca dissèque, soupèse, manipule, passe au mixeur. Les resultats sont là, il est temps d'en parler…

 

RECAPITULONS : 

>>> L'homme qui plantait des arbres

Samedi 12 décembre à 15h35 

Dimanche 13 décembre à 15h36

12/15€ - gratuit pour les enfants de - de 12 ans 

 

>>> Conférence : Agriculture urbaine & contamination des sols

Samedi 12 décembre à 18h après le spectacle

Samedi 12 et Dimanche 13 décembre 2015
Published by La Ferme du Bonheur
commenter cet article
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 16:03
Au programme du week-end, samedi 28, dimanche 29 novembre

Oooooh que non !

On ne s’arrêtera certainement pas de se réunir… à 2, à 10, à 100, à 1000… à des millions ! Pour se battre contre toute cette merde, pestilentielle s’il en fut! Ou tout simplement pour vivre, d’ailleurs… L’oublierait-on?!

Perso j’ai peur, enfin… un peu quand même, ce serait malhonnête de ne pas être tourmenté de l’arbitraire du genre du 13 novembre dernier, constatant que ça pouvait survenir là, tout près, aux amis d’amis d’amis, aux amis d’amis, aux amis, aux siens… à soi…

Alors non ! Je ne m’arrêterai pas, la Ferme du Bonheur ne s’arrêtera pas, d’aller notre chemin, notre petit chemin, très simple : entretenir le feu de la cheminée du favela-théâtre, tenir notre table ouverte, défricher le P.R.É…

… PLANTER DES ARBRES ! ! !

Alors ce ouikèn’de, samedi et dimanche à 15h40 pétantes, je vais encore jouer « l’homme qui plantait des arbres » de Jean Giono, je vais vous emmener le long de l’avenue de la République, longer les cités HLM, les voies du RER, traverser le campus de l’Université, regarder ce que des hommes et des femmes font avec nous depuis des années le dimanche au Champ de la Garde sur notre P.R.É.… jusqu’au feu de la cheminée de la Ferme du Bonheur, manger la soupe aux herbes du berger… Roger

« Quand on se souvenait que [cette forêt] était sortie des mains et de l’âme de [ce berger], sans moyens techniques, on comprenait que les Hommes pouvaient être aussi efficaces que les dieux… dans d’autres domaines que la destruction. » J. Giono

Réservation conseillée : 01 47 24 51 24

Published by La Ferme du Bonheur
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 16:31

J’aurais aimé jouer aujourd’hui et demain « L’homme qui plantait des arbres » comme un hurlement à la face de ces lâches, comme affirmait ce prof de l’école de danse de Grozny en Tchétchénie « la Culture ne meurt pas sous les bombes »… Mais entre la fermeture des universités, des théâtres, etc., l’interdiction de manifestation sur l’espace public et enfin la déclaration de l’état d’urgence, reste ma solidarité avec le deuil…

Je m’incline.

Même si je ne crois pas beaucoup –de moins en moins- en l’avenir, même si la Le Pen -et autres charognards- vient encore de gagner trop de points face à l’incurie, l’impéritie, de TOUS les partis politiques, même si je ne sais pas précisément comment lutter contre le vrai pouvoir, celui qui nous tue, celui de la Finance… je mets la Ferme du Bonheur au repos, histoire de rassembler nos forces, d’être prêts, dès samedi prochain, samedi 21 novembre à 15h46 pétantes, pour dire avec les mots métaphoriques de Jean Giono, le devoir inlassable de chacun, c’est-à-dire NOUS TOUS, de PLANTER DES ARBRES !

D’ailleurs, demain dimanche, comme tous les dimanches, nous irons au Champ de la Garde sur le PRÉ avec nos moutons, nous occuper de nos terres, de notre Terre…

Roger

Voir les commentaires

Published by La Ferme du Bonheur
commenter cet article
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 15:41
Je, Tu, il, Nous sommes le Grand Paris

Ce Vendredi 13 Novembre - Rencontre-débat à 19h ! ! !

Hacène Belmessous, chercheur indépendant rompu aux résistances populaires au désastre de l'institution, organise cette rencontre « autour de ce qui se joue actuellement en Île-de-France contre ce Grand Paris que le lobby spéculo-marchand est en train de développer ».
De plus en plus d'initiatives émergent, posent des actes et affirment : « nos villes sont nos biens communs et nous voulons faire entendre d'autres points de vue que ceux décrétés par les « puissants » ». Avec lui, Gilles Clément, jardinier-paysagiste-écrivain, Andreï Feraru, architecte-urbaniste, Pierre Mansat, président de l'AIGP (Atelier International du Grand Paris)

Published by La Ferme du Bonheur
commenter cet article
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 17:11
Prolongation !

« L’homme qui plantait des arbres » semble toucher du monde puisque ceux qui l’ont vu en parlent, en parlent, en parlent… et des réservations arrivent alors qu’on s’est arrêté le 23 octobre… De plus, on sait qu'on le jouera au Printemps au château de la Roche-Guyon et en août au château de La Chaux en Morvan...

Alors on reprend !!!

12 nouvelles dates, les samedis et dimanches jusqu’au 13 décembre, avec un tout petit aménagement horaire puisque qu’une des dernières stations de la promenade perd en beauté si le ciel est couvert alors que la nuit tombe…

Le spectacle commencera donc une heure et quart avant le coucher du soleil !

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voilà presque 23 ans que la Ferme du Bonhe
ur est née, à Nanterre, bientôt 8 que nous avons investi avec le public, à quelques centaines de mètres de là, les 4,5 hectares de ce que nous avons appelé le Champ de la Garde, une friche sauvage et libre derrière le quartier d’affaires de la Défense, sur le fameux Axe Historique. Ces deux lieux sont les premières étapes de « la Fabrique du P.R.É », notre grand-œuvre « d’agro-poésie ».

Le spectacle de Roger des Prés, « L’homme qui plantait des arbres » de Jean Giono, propose de (re)visiter ce P.R.É -Parc Rural Expérimental-, notre territoire, matériel et immatériel, ce petit monde hors de l’espace et du temps où les arts, l’action sociale, les techniques, l’agriculture, l’écologie… se nourrissent les uns des autres… ne font qu’un, ce que nous appelons notre Culture. Nous raconterons comment un homme, seul, humblement, avec des moyens dérisoires sans doute inconcevables en notre ère ultra-technologique, ultra-capitaliste, peut commettre une véritable révolution, sans même le savoir, encore moins y postuler… et la plus belle des révolutions, une révolution douce, sans conflit, sans brutalité… sans victime !

Le spectacle se jouera «en marche», sur le chemin de la Ferme du Bonheur au Champ de la Garde, puis le campus de la fac et le retour à la Ferme « où l’on rencontre dans les chemins des hommes et des femmes bien nourris, des garçons et des filles qui savent rire et ont repris goût aux fêtes… » (J. Giono)

DISTRIBUTION

Interprétation : Jaki, Roger des Prés, les moutons, le chien…

Production, diffusion : Anne Métrard

Régie : Basile Boisseau

Constructions : Alain Juteau, Mathieu Ohlman, Hugo Khalifa… et les « Paysans du dimanche »

Création sonore : Pierre-Vincent Chapus

Administration : Henri Morawski

Presse : Anne Métrard, Roger des Prés

DU 7 NOVEMBRE au 13 DECEMBRE 2015

NOVEMBRE : samedi 14 à 15h54 / dimanche 15 à 15h53 / samedi 21 à 15h46 / dimanche 22 à 15h45 / samedi 28 à 15h40 / dimanche 29 à 15h40

DECEMBRE : samedi 5 à 15h37 / dimanche 6 à 15h36 / samedi 12 à 15h35 / dimanche 13 à 15h36

La Ferme du Bonheur ouvrira ses portes une demi-heure auparavant pour papoter, draguer, discourir sur les instabilités des choses de ce monde et nos idées pour y remédier… avec à la main un vin chaud, un thé à la menthe, un café, un Malbec 2014…

Tarifs : 12/15€ - Durée : 1h45
Réservation : 01 47 24 51 24 ou contact@lafermedubonheur.fr

Published by La Ferme du Bonheur
commenter cet article
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 23:43
La Fête des Jardins sur le P.R.É de la Ferme du Bonheur

SAMEDI 25 et DIMANCHE 26 SEPTEMBRE 2015

2 jours d'agro-poésie, sublimés-clôturés par "l'homme qui plantait des arbres" de Jean Giono

Debout !

Nous sommes debouts !

Mercredi la première de notre nouveau spectacle « L'homme qui plantait des arbres » de Jean Giono par Roger des Prés était belle: le sens de cette oeuvre sur le territoire où nous menons notre agro-poésie depuis 23 ans, cette " Fabrique du P.R.É. " était parfaitement sensible !!!

Idéale surenchère pour ce week-end où la Ferme du Bonheur s'inscrit dans la Fête des Jardins de Paris, une fête et une ville qui ont eu dès l'origine l'intelligence de considérer…... la banlieue…... la métropole…... Le Grand Paris comme on dit.

SAMEDI

14h30 Rdv à la Ferme, pour aller au Champ de la Garde entendre Jean Werlen et Elodie Lerat raconter les usages des plantes sauvages qui poussent en ville.

18h41 - une heure avant le coucher du soleil...- À la Ferme: « L'homme qui plantait des arbres » J. Giono

DIMANCHE

11h00 Rdv sous la Grande Arche de la Défense, Balade Urbaine avec l'ami Andreï Feraru, architecte-urbaniste du Grand Paris, Pierre Mansat, président de l'AIGP (Atelier International du Grand Paris), Mireille Ferri, directrice de l'AIGP, Christine Aubry, directrice du pôle Agriculture Urbaine d'Agroparistech...… des étudiants, des chercheurs… et vous !

13h30 Arrivée à la Ferme du Bonheur, Vous sortez vos pic-nic, la Ferme du Bonheur fait le café, le thé à la menthe, etc.

15h00 Comme tous les dimanches, départ à moutons au Champ de la Garde pour les incontournables travaux dominicaux.

18h38 « L'homme qui plantait des arbres » J. Giono

Published by La Ferme du Bonheur
commenter cet article
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 17:59
Nouveau spectacle de Roger des Prés

Voilà presque 23 ans que la Ferme du Bonheur est née, à Nanterre, bientôt 8 que nous avons investi avec le public à quelques centaines de mètres de là les 4,5 hectares de ce que nous avons appelé le Champ de la Garde, une friche sauvage et libre derrière le quartier d’affaires de la Défense, sur le fameux Axe Historique. Ces deux lieux sont deux étapes de « la Fabrique du P.R.É », notre grand-œuvre « d’agro-poésie ».

Le nouveau spectacle de Roger des Prés, « L’homme qui plantait des arbres » de Jean Giono, propose de (re)visiter ce P.R.É -Parc Rural Expérimental-, notre territoire, matériel et immatériel, ce petit monde hors de l’espace et du temps où les arts, l’action sociale, les techniques, l’agriculture, l’écologie… se nourrissent les uns des autres… ne font qu’un, ce que nous appelons notre Culture. Nous raconterons comment un homme, seul, humblement, avec des moyens dérisoires sans doute inconcevables en notre ère ultra-technologique, ultra-capitaliste, peut commettre une véritable révolution, sans même le savoir, encore moins y postuler… et la plus belle des révolutions, une révolution douce, sans conflit, sans brutalité… sans victime !

Si le spectacle se jouera à la Ferme lorsque la météo l’obligera (nous nous serrerons tous autour du feu de la cheminée du favela-théâtre comme à la veillée autrefois) ce sera donc plutôt «en marche», sur le chemin de la Ferme du Bonheur au Champ de la Garde, puis le campus de la fac et le retour à la Ferme « où l’on rencontre dans les chemins des hommes et des femmes bien nourris, des garçons et des filles qui savent rire et ont repris goût aux fêtes… »

(J. Giono)

Le spectacle commencera exactement une heure précédant le coucher du soleil, la Ferme ouvrira donc ses portes une demi-heure auparavant. Pour exemple, nous ferons nos premiers pas mercredi 23 septembre, le soir de la première, à 18h47 ! Vendredi 25 à 18h43, samedi 26 à 18h41, dimanche 27 à 18h38… jusqu’à la dernière du cycle, samedi 24 octobre à 17h44, juste avant le changement horaire de l’Hiver…

Une heure avant le coucher du soleil du 23 SEPTEMBRE au 24 OCTOBRE 2015
Relâche exceptionnelle le 17 octobre
12€ / 15€ - durée du spectacle :
1h45

Interprétation : Jaki, Roger des Prés, les moutons, le chien…

Production, diffusion : Anne Métrard

Régie : Basile Boisseau

Constructions : Alain Juteau, Mathieu Ohlman, Hugo Khalifa… et les « Paysans du dimanche »

Création sonore : Pierre-Vincent Chapus

Administration : Henri Morawski

Communication : Anne Métrard, Roger des Prés

Infos, réservations : 01 47 24 51 24 ou contact@lafermedubonheur.fr

FB : www.facebook.com/fermedubonheur

Published by La Ferme du Bonheur
commenter cet article
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 14:37

Demain, samedi 29 août à partir de 12h, la plus belle journée de musique baroque de l'Histoire de la Ferme de Bonheur !

Et pour enchérir sur la volupté annoncée, voici presque tous les menus de la Table d'Hôtes qui ponctueront les concerts :

Au déjeuner :

- Aumelette aux asperges de réserve, verdure en vinaigrette à l'orange ou salades de saison - 5€e / 3€

- Crèmes glacées de la Maison ou fruits frais de saison - 2,5€ / 1€

Au goûter :

- Tartines de pain Montagnard grillées -ou pas- avec des confitures de la Maison ou crèmes glacées ou fruits -2€ / 2,5€ / 1€

Au Grand-Dîner :

- Vin des Dieux - 2,5€

- Cerf en grande et forte sauce, légumes de saison - 10€

- Amis et cousins de Cotignac (poire, figue, coing... très entrepris...) - 4€

A part ceux du Grand-Dîner, la plupart des plats pourront être servis lors de chaque pause.

... et des vins, des thés, des jus, du café...

Quant au film... On ne résiste pas à vous donner quelques indices ; on a voulu éviter les caricatures avec les Marielle, Depardieu, Magimel... mais impossible de trouver des films vraiment musicaux baroques, à peine un étranger mais sans sous-titres, alors on a joué la métaphore, cette idée de la beauté damnée versus la grossièreté... Le film est de 1958, en noir et blanc, il vient d'Inde, il est question de musique évidemment.... Si vous ne trouvez pas c'est que vous ne l'avez pas vu, tous ceux que l'on connaît qui l'ont vu disent que c'est " un des films de leur vie " !

Published by La Ferme du Bonheur
commenter cet article
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 18:13

 

 

 

Clôture des week-ends « calmes » (entre 2 fêtes électro...)

de la Saison des Grâces

 

23ème festival d’été de la Ferme du Bonheur

 

 

Mené par Elisabeth Joyé -Notre Mère à tous- et Marouan Mankar-Benis, tous deux clavecinistes émérites et enseignants généreux, un festival de musique baroque, des cours d’Europe à... l’Amérique du Sud ! Des clavecins, théorbe, viole de gambe, flûte, violon... et des voix ! Dans la salle de bal, le favela-théâtre, les cours et le jardin... À la nuit, dans la carrière des chevaux, sur d’immenses matelas, des chaises longues... emmitouflés dans des couvertures si la canicule s’est éloignée... un film surprise sur notre écran géant... pour illustrer la mission de Roger des Prés, fondateur de la Ferme du Bonheur :

« plus notre environnement sera brutal, plus nous, à la Ferme du Bonheur, serons délicats voire... précieux » !!!

 

Et des pauses pour boire, déjeuner, goûter et... grand-dîner !

 

 

Midi: ouverture des portes, accueil du public au bar, dans la cour et les jardins...

 

12h30: 1er concert: Beggar Boy; Marie Jorio, soprano et Romain Falik, luth, Jérôme Chaboseau, viole ;  Musiques anglaises du XVII ème

 

Londres au 17ème siècle. Sous le règne des Stuarts, entre reconstruction urbaine et épidémie de peste couve un fourmillement artistique et musical. Les chefs d'oeuvre de Henry Purcell, pionnier de l'opéra anglais, et les chansons traditionnelles, dont les "mad songs" inspirées par les mendiants et les fous du Bedlam hospital se côtoient pour former un univers riche en couleurs. Ce sont les liens entre ces deux répertoires qu'a voulu explorer l'ensemble Beggar Boy, animé par la passion de la musique ancienne et la façon dont elle rend les émotions si accessibles.

 

13h30: Déjeuner; plutôt buffet...

 

15h: 2ème concert: « Concert à deux violes esgales du Sieur de Sainte Colombe »; Atsushi Sakaï et Marion Martineau, violes de gambe.

 

16h: Pause

 

16h30: 3ème concert: « Un concert chez Monsieur de La Fontaine »; Elisabeth Joyé, clavecin, Jean-Pierre Menuge, flûtes, pièces de Dario Castello, Charles Dieupart, Antonio Vivaldi, Nicolas Chedeville, ponctuées de fables, contes, pamphlet...

 

17h30: Goûter, léger...

 

18h30: 4ème concert: "Alma America" ; Ensemble VocAliques: Maria-Fernada Ruette, mezzo-soprano et cuarto, Irène Bourdat, mezzo, Alex de Valera, luth, guitare, musiques renaissance, baroque, tradition orale... une traversée historique et musicale du Nouveau Monde...

http://www.vocaliques.fr/#!ame-des-ameriques-alma-america/c14b2

 

19h30: Le Grand-Dîner... Où l’on hisse les grands lustres... ne sait pas encore ce qui vous sera servi -sur réservation !- mais on pouvait le servir à la table des grands au XVIIème...

 

21h: 5ème et dernier concert: les concerti de Bach en Ré Mineur et en Do Majeur pour 3 clavecins et en La Mineur pour 4 clavecins, menés -que dis-je?- emportés par Notre-Mère-à-tous, Elisabeth Joyé, accompagnée de Marouan Mankar-Benis, Yvan Garcia, Natalia Cherachova et du quatuor à cordes « Notre Mère du Bonheur »... 

 

22h: Cinéma; sur grand écran en plein air, ou plus petit sous abri... Une (belle !) surprise...

 

 

Tarifs : 28€ les 5 concerts (soit 5,60€ le concert), 25€ les 4 concerts (soit 7,25€ le concert) 22€ les 3 concerts (soit 7,333€ le concert) 16€ les 2 concerts (soit 8€ le concert) et 10€ le concert simple

 

En RER, c’est mieux, d’autant plus avec le dézonage !!! 

RER A direction St Germain en Laye, Arrêt Nanterre Université sortie 1. Traversez la Fac. Longez la Palissade des Poètes avec des cirques derrière, des vignes devant. Soudain ! Deux pianos s’enfoncent dans la terre. Passez entre ! Porte en bois, cloche en bronze... C’est là ! 

En voiture, tant pis pour vous ! 

Porte Maillot, direction La Défense, puis A14 Poissy Rouen. Prendre ensuite l’A86 direction St Germain en Laye. Prendre la 1ère sortie: n°36 (Nanterre centre). Au feu à gauche, encore au feu à gauche. Environ 2,5 Km plus tard, à droite : Nanterre Université. Entrez, garez-vous. Palissade des Poètes, porte en bois, cloche en bronze...

 

La Ferme du Bonheur 

220 avenue de la République 92000 Nanterre

01 47 24 51 24  contact@lafermedubonheur.fr

www.lafermedubonheur.fr   facebook: la Ferme du Bonheur

Published by La Ferme du Bonheur
commenter cet article
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 14:55

Samedi 1er août à 20h30

... Du théâtre... Et du cinéma !

 

Que voilà des histoires qu’on aime à la Ferme du Bonheur... Des histoires qui durent, des histoires de « famille »... Pierre-Vincent a créé à la Ferme « (je suis) Ripley Bogle » en 2010, puis « Hic sunt leones » en 2013, une création au terme d’une résidence d’écriture, encore et toujours avec son équipe en équilibre entre acteurs dits « professionnels » et acteurs dits « cas sociaux » issus d’un atelier qu’il mène depuis de nombreuses années à la Boutique Solidaire de Gagny dans le 9-3.

Joie donc de l’accueillir à nouveau pour une carte blanche au cœur de notre festival d’été ! Et belle occasion d’inaugurer notre grand écran-cinéma, tout juste restauré !

 

CARTE BLANCHE à Pierre-Vincent CHAPUS et la Compagnie C.O.C. :

« MOI ET MON DOUBLE »

 

"- Vous devez suivre fidèlement mon ordonnance : je vous ai dit déjà que votre traitement doit consister dans le changement de vos habitudes... Il vous faut des distractions ; il vous faut fréquenter des amis, voir du monde." Dostoïevski, Le Double.

 

Pour cette carte blanche, il était prévu de construire un spectacle autour de Michel (membre de la troupe COC et longtemps à la Table d’Hôtes de La Ferme), son AVC, comment il retrouve la parole, comment il se répare, comment on se relie... Jusqu'à ce que - boum !- la semaine dernière, il n'en soit plus question. Le duo se transforme en solo, de fait. Pas de panique, on reconfigure le tout pour préparer une performance in vivo en musique et en équilibre : ADMETTONS QUE JE TOMBE. Sans faiblir, on enchaîne de suite avec une proposition d'Antony Quenet, (E)AU FOND A L'OUEST ; ce familier de Pierre Meunier et Massimo Furlan passé notamment par le Théâtre du Fil est à découvrir, à apprivoiser... Et pour finir en beauté, le très beau film de Pierre-Edouard Dumora (EVIL MEN DO) remarqué aux dernières Rencontres internationales à la Gaîté Lyrique.

 

Anthony, Michel, Pierre-Edouard, les trois ensemble ne se substituent pas, ils se suivent et s'ajoutent. Alors, je les invite, je m’y associe et les dédouble. Je les patche dans des espaces voisins, chaque proposition préparant l'autre, chaque proposition éclairant l'autre.

 

Des mises en son, des mises à nu, une mise au bain, des bassines, un synthétiseur modulaire, la chant des machines, une fausse moustache, un Stetson, un géant, un conteur, le désert marocain, le ghetto de New Heaven, un feu d’artifice, un incendie, des amis et... VOUS ! (le rêve, quoi).

 

20h30 / THEÂTRES :

ADMETTONS QUE JE TOMBE suivi de (E)AU FOND A L'OUEST

Deux performances courtes respectivement écrites et jouées par P-V Chapus et A. Quenet, Compagnie COC et cette compagnie-là - durée totale : 1h.

ADMETTONS QUE JE TOMBE : dans un espace mental, un homme convoque l’être aimé par tous les moyens qu’il trouve.

(E)AU FOND A L'OUEST : où il est question d’intime, d’enfance, d’homme, de western, de force, de fragilité et d’eau.

 

 

22h / CINEMA :

EVIL MEN DO

docu-fiction de Pierre Edouard Dumora, France, Maroc, USA - durée : 50mn, 2014

Un homme part dans le désert du Sahara rechercher le Géant qui lui a sauvé la vie. Épuisé par sa quête, il s'écroule sur le sable. Il se réveille, masqué, dans une forêt américaine.

 

 

P.A.F : 12 € / 8 € - Bar-Buffet

Infos/Résas : contact@lafermedubonheur.fr / 01 47 24 51 24

Programme complet SAISON DES GRÂCES ici

 

Attention ! Le RER A, en travaux jusqu'au 23 août, s’arrête à Auber et reprend à La Défense. Pour Nanterre-Université vous pourrez donc rejoindre La Défense par la ligne 1 du métro ou directement en train à Saint-Lazare !

 

Published by La Ferme du Bonheur

Présentation

  • : La Ferme du Bonheur
  • La Ferme du Bonheur
  • : La Ferme du Bonheur est une cellule de recherche et de réflexion sur l’Homme et la Terre qui utilise la culture sous toutes ses formes (théâtre, musique, danse, arts plastiques, cinéma…) mais aussi l’action sociale et la pédagogie…ou encore l’urbanisme, l’architecture, l’environnement, l’agriculture, l’écologie…
  • Contact

Livre

La Ferme du Bonheur

http://www.actes-sud.fr/sites/default/files/couv_jpg/9782742763894.jpg

Edition Acte Sud

Disponible chez :

Piceminister

Amazon

Recherche

NDLR

La culture, mot et concept est d’origine romaine. Le mot "culture" dérive de « colere » - cultiver, demeurer, prendre soin, entretenir préserver - et renvoie primitivement au commerce de l’homme avec la nature en vue de la rendre propre à l’habitation humaine. En tant que tel, il indique une attitude de tendre souci, et se tient en contraste marqué avec tous les efforts pour soumettre la nature à la domination de l’homme.

Hannah Arendt, La crise de la culture.