Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 14:48

Dans le cadre de son festival «La Saison des Grâces», La Ferme du Bonheur accueille le chorégraphe Christian Bourigault, compagnie de l'alambic !
On l’avait croisé lors de sa résidence d’action culturelle à la Fac de Nanterre, et scotché sur son talent à faire bouger même les pires grippés-coincés-rouillés, son génie à déséquilibrer les spectateurs par sa mise en scène des sens, tous les sens, sans aucune retenue et enfin… par la générosité de l’homme!

On ne se trompe donc pas puisqu’il a proposé à qui voulait, de faire partie de ses «commandos poétiques du mouvement». Un groupe constitué de 25 personnes, danseurs amateurs, de Nanterre et d'ailleurs, dansera dans l'espace public, dans le paysage, entre La Ferme du Bonheur et le Champ de la garde.

 

Ouuuuh !!! ça va être beau encore cette affaire !!!

 

 

SAMEDI 30 JUILLET 2016 à 17h et 20h30

 

Tarifs : 10€ / 7€ (nanterriens, demandeurs d'emplois, intermittents du show, enfants - 12 ans)

Bar et petite restauration sur place

Réservations : 01 47 24 51 24

Les commandos poétiques du mouvement
Published by La Ferme du Bonheur
commenter cet article
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 10:45
MAMIE-BONHEUR #2

Toeufeuses, Toeufeurs !

Vous connaissez (ou pas) Nanterre, ville-préfecture du département des Hots de Scène (le 9-2), théâtre de hautes luttes urbaines, entre projets d’Etat grandioses ou grandiloquents… et projets locaux simples ou mesquins…

Les Mamie-Bonheurs montrent que la Toeuf est possible PARTOUT, et qu’à la Ferme du Bonheur, elle est… FOOOOOOOOOLLE ! ! !

 

Venez donc  de 14h à 22h
Samedi 23 juillet
à la 2ème Mamie-Bonheur
de la 23ème Saison des Grâces
de la Ferme du Bonheur

« Nanterre, Silly-Cône Glacey »

 

Ce sera le 112ème anniversaire de l’invention du cône glacé, et le 69ème anniversaire de Monica Lewinski…

alors pour fêter ça :
ON OUVRE
LE CHAMP DE LA GARDE SUR LE PRÉ !!!

 

Comme les années passées, on vous y conduira à moutons, cochon et autre fanfare, à 5mn de la Ferme, exactement de l’autre côté de la gare Nanterre-U; 4 hectares de maraîcher, verger, céréales, prairie… travaillés depuis 8 ans par les paysans du dimanche de la Ferme du Bonheur, où on vous concocte un programme de tarés, dont :

- la piscine paysanne (inscription sur place pour les tournois 4 nages, nage libre, relais, water-polo, etc. Equipes mixtes, doubles…)

-  le méchoui  On cuit des agneaux de la Ferme du Bonheur : « Mieux que bio, BANLIEUE!!! »

- Matelas, chaises longues, tente berbère… à l’ombre des grands arbres ou en monokini sous le soleil…


Et du son…
A - COUS - TIQUE ! ! !
Amenez vos Derboukas, Djembés, Congas, Bendirs, Tablas, Bérimbaos, Bongos, Castagnettes, Marimbas GlockenSpiel,  Tam-tams, Zarbs, Enclumes et autres Casseroles à faire groover-booty-shaker !!!
La Ferme + le Champ =
4,5 hectares =
3000 personnes
à l’aise…

AMEN !!!
Amène ta Mamie !

 

Entrée gratuite pour les 69 premières Monica avant 16h !!!
Prévente Place Minute 12€ + adhésion

Sur place : 12€ + adhésion (montant libre)
 

Published by La Ferme du Bonheur
commenter cet article
13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 11:21
SAMEDI 16 JUILLET 2016

Concert baroque - 21H

 

Ensemble « Elisabeth de Joie »

Viole de gambe, violon baroque, flûtes à bec… et clavecin.

 

La dernière génération d’élèves « favoris » de Notre-Mère-à-tous, l’incomparable maîtresse de musique Elisabeth Joyé, prof dans divers conservatoires dont le CNSM et celui du 7ème arrondissement de Paris.


On sait la grâce d’Elisabeth à reconnaître les génies en herbe et la façon dont elle les accompagne… Ah… pas 35h hebdos, ça non ! Mais comme une maîtresse des grandes époques : les faire travailler, travailler, travailler… mais aussi faire la bringue avec ! En un mot, encore :

Notre-Mère-à-tous ! ! !

    

Et, comme depuis bientôt vingt ans que nous nous sommes rencontrés, quand elle les sent dignes… elle les envoie à la Ferme, aux conditions de confort et d’acoustique qu’on sait… Et s’ils passent l’épreuve… EN AVANT pour les concours de Bruges, les salles Pleyel et consort !!!

Bénie soit notre mission à la Ferme du Bonheur :


JEUNESSE ÜBER ALLES ! ! !

 

Là, ils triment tous au conservatoire de Lisieux pour préparer le concert… Tous ne seront pas élus, mais on sait déjà qu’il y aura au moins Matthieu Franchin, Hsiu-Tzu Ryan, Youn Young Kim, Aline Bieth, Augustin D’Arco…

On sait qu’on entendra de l’allemand, de l’italien, du français… du XVIème, XVIIème et du XVIIIème, du Scarlatti, Lully, Marais, Telemann, Dornel, Du Mont, Duphly, Hotteterre…

 

Il vous en coûtera 10€, 7€ si vous nous prouvez votre cas « social » ou que vous êtes voisins de la Ferme

Plus son environnement sera brutal, plus la Ferme du Bonheur sera délicate voire précieuse.

 

On pourra dîner avant, vers 20h SUR RESERVATION

contact@lafermedubonheur.fr / 01 47 24 51 24

 

Repas : plat unique + dessert = 9€ (Curry d'aubergines - riz / Fromage blanc caillé et confiture de rhubarbe)


☞ Boissons : club maté / cidre / vin rouge Malbec / vin blanc St Pourcain

Published by La Ferme du Bonheur
commenter cet article
6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 15:47
MAMIE-BONHEUR #1   "Princesse Monokini"

SAMEDI 9 JUILLET 2016 DE 14H à 22H

C'est partiiii !
1ère Mamie-Bonheur de la Saison des Grâces
23ème festival d’été de La Ferme du
Bonheur

Et pour enrayer tout délire de météo (sa mère!!!), on se place sous les auspices du TOPLESS ! ! !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ☺ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

★ Midori Broken Beat dj set (Paris, FR)
https://soundcloud.com/midorimenace

★ Lucien & The Kimono Orchestra (Paris, FR)
https://www.facebook.com/LucienAndTheKimonoOrchestra/

★ Kodäma (Paris, FR)
https://www.facebook.com/Kodäma-478912605628313/?fref=ts

★ Toshio Matsuura (Tokyo, JP)
https://soundcloud.com/toshiomatsuura

★ La Mamie's (Paris, TMTC)
https://soundcloud.com/lamamies
http://www.lamamies.com/

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ☺ ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Bière équitable Brasserie De Sutter & Restauration à La Ferme.

> 5,5€ la pinte de binch
> 3€ le demi de binch
> 2,5€ le verre de vin.

☞ Tickets : http://bit.ly/29wSESA

☞ Entrée gratuite pour les Japonaises en monokini et les Japonais en intégral !

Venez tôt ! Venez beaux !

Published by La Ferme du Bonheur
commenter cet article
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 13:50
Le programme complet de la Saison des Grâces

COPIER-COLLER CE LIEN :

https://www.dropbox.com/s/62irmffryeif1xd/Programme%20SDG-2016.pdf?dl=0



Samedi 9 juillet : Electro / Mamie-Bonheur

Samedi 16 juillet : Musique baroque - Elisabeth Joyé

Samedi 23 juillet : Electro / Mamie-Bonheur

Samedi 30 juillet : Danse - Christian Bourigault

Samedi 6 août : Electro / Mamie-Bonheur

Samedi 13 août : Théâtre - Cette compagnie là.

Samedi 20 août : Electro / Mamie-Bonheur

Samedi 27 août : Théâtre - Cie Les endimanchés

Samedi 3 septembre : Electro / Mamie-Bonheur

Published by La Ferme du Bonheur
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 19:00
La Saison des Grâces - 23ème festival

Intronisation du 23ème festival d’été

de La Ferme du Bonheur

«La Saison des Grâces»

Tous les samedis de l’été jusqu’au 3 septembre,

une fois sur deux théâtre, danse, concert ou cinéma…

une fois sur deux des grosses fêtes disco !!!

Et même un stage d’architecture en pierres sèches en août!

Et tous les dimanches, comme toute l’année :

les travaux d’agro-poésie au Champ de la Garde sur le PRÉ

Et si vous avez une guitoune et que vous supportez faire la vaisselle quand c’est votre tour, nous… on a quatre hectares…

///////////////////////////////// SAMEDI 2 JUILLET à 20H //////////////////////////////////

«Nème Contre-Fêt’nat’»

« Une seule nation est digne d’être célébrée, la Terre, et pas par un défilé militaire… »

en 2016, plutôt du…

CINÉMA!!!

Tout de suite après le dîner…

Je me rappelle mon premier été à Nanterre…

Je venais d’attraper 30 ans… Depuis trois ou quatre mois je nettoyais ce bout de friche à côté du cirque qui avait accueilli pendant l’Hiver précédent mon spectacle « fondateur », Paranda Oulam, ce « tour du monde des paysans »… Nowak, le patron du cirque et Quémy, le dirlo-culture de la mairie, solidaires de notre éviction sans pitié des « Usines Ephémères » alors à Asnières, m’avaient proposé d’installer mon campement sur un bout du terrain, après m’avoir prévenu que sa « promotion » immobilière surviendrait au plus tard dans un an ou deux… C’était il y a 23 ans !!!

Il y a 23 ans donc, le 14 juillet 1993, je me levai sous un beau soleil, préparai mon café au lait, nourris mes bêtes, puis servis le café à A., étudiante en Philo, quand elle décidait de sortir de mon lit… Nous étions tout nu, assis sous les tilleuls, et quand nous approchâmes notre café de notre bouche, un bruit lointain se fit entendre, qui s’approchait… Rapidement, une poignée de gros hélicoptères genre Vietnam, encadrés de nombreux petits hélicos nous passaient à peu près pile au dessus !!! Nous sommes au bord de l’Axe dit Historique, dans quelques minutes, tout ça et encore d’autres dizaines d’engins militaires volants allaient célébrer au dessus de Mitterrand, Balladur, Pasqua et autres Sarkozys… la patrie des droits de l’homme…

Nous nous sommes regardés, une sensation de Napalm au bord de l’esprit, du coeur et de l’estomac…. Le week-end suivant, j’organise comme je pouvais ma 1ère Contre-Fêt’nat’ avec l’idée de célébrer la seule nation digne de l’être : La Terre, et pas par un défilé militaire… mais avec tout ce que les copains, les copains des copains, les copains des copains des copains et leurs copains auraient envie d’apporter, de dire, de faire…

Carte blanche à la République Terre !

Dès l’année suivante, je décidai de la faire juste avant le 14, le 1er ou le 2ème week-end de juillet. Parfois je l’oubliais ou pas le temps, ou pas les moyens de l’organiser… je ne me souviens plus combien d’écarts… d’où le chiffre, en 2016 comme avant, Nème Contre-Fêt’nat’ ! Une histoire sans date, sans fin… d’éternité ?

Cette année, vous le voyez, on est encore plus à la bourre que jamais, c’est la rançon de notre plan de redressement suite à l’escroquerie de l’ex-équipe administrative (trois grenouilles voulant se faire aussi grosses que le bœuf..), la précarité drastique imposée pour survivre, mais tout à fait transcendée par nos bons résultats, les perspectives de bon augure… et notre optimisme activiste, qui n’est pas qu’une légende… Et même si les dernières élections régionales ont changé l’équipe… qui nous a fait sauter nos deux subventions : la subvention environnement et… la subvention de la saison des Grâces ! ! ! Et ben tant pis ! On va y arriver… on a assez d’amis pour une programmation comme la Ferme l’aime, exigeante, une programmation tous azimuts : du théâtre, de la danse, de la musique, du cinéma… et des grosses toeufs disco ! ! !

Cİ-NÉ-MA !!!

Sur l’écran Géééééaaaant de la carrière des chevaux s’il fait beau à la nuit tombée, sur le grand écran de la salle de bal et/ou le petit du favela-théâtre s’il fait mauvais ou en attendant que la nuit tombe et qu’on se retrouve devant le Géant sur nos immenses matelas, nos chaises longues…

Tout ça après le dîner made in Ferme du Bonheur.

  • Au programme et dans le désordre, l’humeur du jour décidera de la chronologie:

- « Nola » 25mn, 2010, une fiction de l’ami Abdoulaye Askia Traoré

Une journée particulière dans la vie de Nola, sa première permission de sortie après des années de détention. Le portrait d’une femme autour de qui le monde vacille.

- « Kurdistan, la guerre des filles » 53mn, 2016, un documentaire de la copine-amazone Mylène Sauloy

De Paris à Kobane en Syrie, du Kurdistan de Turquie au Sinjar en Irak, une immersion dans le mouvement des femmes kurdes luttant contre Daech, héritières d’une longue tradition de résistance.

Et la grosse frime à Roger :

- « Prologue » 10mn, 2013, le début de « l’ennemi déclaré », un film de fiction mégalomaniaque de Roger des Prés autour de l’œuvre politique de Jean Genet.

- « Le recrutement » 13mn, 2016, un court-métrage extrait du même film, terminé grâce à une résidence de l’Institut Français du Maroc, où l’on voit comment les français allaient dans les colonies « recruter » les hommes qui partiraient en métropole faire les plus basses besognes…

On dînera à 20h, le 1er film sera diffusé à 21h.

Entrée libre, repas environ 6€

Published by La Ferme du Bonheur
commenter cet article
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 16:38
Rendez-vous aux jardins // 4 et 5 Juin 2016

Et voilà la grand-messe nationale annuelle :
« Le Rendez-vous aux
Jardins »

On ne le rate jamais à la Ferme du Bonheur !
D'une part, parce que c'est le médium institutionnel dont nous nous sommes emparés en 2003 dès lors que, stupéfaits de constater par le plus grand des hasards que les urbanistes lauréats du concours international d'aménagement de l'Axe Historique après la Défense, décidaient de « relocaliser la Ferme du Bonheur sur ledit Axe », nous comprenions que nous aussi, comme tous citoyens, étions considérés comme une coudée de canalisation, un abribus… un pion !!!

Il s'agissait donc d'exprimer, et publiquement puisque la Ferme du Bonheur est une œuvre pour et par le public, notre propre point de vue sur notre propre relocalisation.

C'est donc lors du Rendez-vous aux Jardins que nous découvrions les dizaines d'hectares en friche depuis des décennies - rognées évidemment petit à petit par la « promotion » immobilière -où la nature avait commis son œuvre, éternelle et universelle, assez géniale au point que nous y découvrions entre autres ce fameux papillon qui disparaît d'Europe, la goutte de sang ».

C'est lors d'un Rendez-vous aux Jardins que nous baptisions notre projet le P.R.É, comme Parc Rural Expérimental, que nous retraduisions le terme technocratique de « relocalisation » par « développement de la Ferme du Bonheur sur le Grand Axe »

On ne rate jamais ce Rendez-vous aux Jardins parce que d'autre part il nous permet de rassembler nos forces vives, nos réseaux… sur la partie sinon environnementale au sens large, en tout cas agricole au sens concret. On booste certains chantiers, certains aménagements, on sur-communique… et on se damne à concentrer une série d'activités pour que le didactique, le scientifique, et tous les hic soient une fête !!!

Cette année 2016, le thème officiel c'est « les couleurs au jardin »
Certes, on en aura ; certes la bande de Jean et Elodie de « la Voie Verte » nous propose un spot sur les plantes tinctoriales mais on n'aura pas assez de matière pour suivre en totalité… sauf au sens figuré !

Alors là vous allez en avoir plein la vue des couleurs ! Avec un spécial Spot autour de la laine de moutons !

Voilà l'programme !!!

/////////////////// SAMEDI //////////////////////////////////////////

>> 10h - 18h30 LES ATELIERS

  • LA LAINE DE NOS MOUTONS, des Thônes et Marthod, une race en voie de disparition… LA LAINE DE NANTERRE !!!

Tonte avec le beau Thomas, et avec son pote Nicolas : lavage, cardage, filage… Les moutons et leur laine n'ont aucun secret pour eux. Atelier fil rouge du week-end, dimanche soir on pourra tricoter.

  • APICULTURE : avec les stagiaires de la nouvelle formation de la Ferme du Bonheur… et nos abeilles ! On prépare les hausses, on installe les cires sur les cadres.
  • PLANTES TINCTORIALES : Reconnaître, préparer les plantes sauvages tinctoriales avec les amis de « la Voie Verte » ; comme la laine blanche ne nous suffit pas, on part sur la friche et on cherche de quoi amener de la couleur


>> 13h PIC NIC À LA FERME

On aura 2 bricoles à proposer… et vous aurez les vôtres…


>> 14h30 REPRISE DES ATELIERS

- ÉQUIPEMENT DE NOTRE SERRE: elle est presque terminée, elle travaille déjà ! Création de mobiliers avec Manue : des étagères modulables avec cagettes du marché, des réserves d'eau... tout en récup'

Et on continue avec la laine, on tente de la teinter avec les genets et géraniums ramassés sur la friche….


>> 19h00 DÎNER À LA FERME - plat unique 6€

Cuisine de Haute-Provence, hmm ça sent les aromatiques


>> 20h36, THÉÂTRE - une heure et quart avant le coucher du soleil.

« L'homme qui plantait des arbres » de Jean Giono par et avec Roger des Prés
Un aperçu ici : https://youtu.be/joPQZExmGOc

//////////////////// DIMANCHE /////////////////////////////////////////

>> 10h TRANSHUMANCE URBAINE

De la Grande Arche de la Défense à la Ferme du Bonheur ; rdv à 10h sous la Grande Arche

Guidée par Roger, Jaki-berger et les moutons de la Ferme, à la découverte d’un urbanisme au désordre picaresque, les tentatives institutionnelles d’y remédier, les analyses et propositions de la Ferme du Bonheur… la Fabrique du P.R.É.


>> 10h ATELIERS

  • PLANTES SAUVAGES COMESTIBLES : Reconnaître, préparer les plantes sauvages comestibles avec les amis de « la Voie Verte »


>> 13h00 PIC NIC À LA FERME

Comme hier, quelques propositions de la Ferme, et vos picnics…


>> 14h30 REPRISE DES ATELIERS

- LA LAINE suite et fin, peut-être de quoi tricoter.

- PLANTES SAUVAGES COMESTIBLES : On cuisine pour préparer le buffet de l'apéro !!!


>> 15h00 COMME TOUS LES DIMANCHES : TRAVAUX D’AGRO-POÉSIE

Départ à moutons à 15h pour le Champ de la Garde. Poursuite des semis et des plantations, des légumes fruits et pleins de légumes fruits dans le cadre du suivi scientifique d'AgroParisTech. Et merci Kokopelli !


>> 18H30 RETOURS DES ATELIERS

Apéritif Plantes sauvages comestibles… Miam ! Miam !

>>19H00 DÎNER À LA FERME - plat unique 6€

>> 20h37, THÉÂTRE ; une heure et quart avant le coucher du soleil.

L'homme qui plantait des arbres de Jean Giono par et avec Roger des Prés

Published by La Ferme du Bonheur
commenter cet article
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 13:36

DU 25 MAI au 12 JUIN, les mercredi, samedi et dimanche

Théâtre // "L'homme qui plantait des arbres"

«L’homme qui plantait des arbres» est une nouvelle que Jean Giono a écrite en 1953 dans «le but [...] de faire aimer les arbres ou plus exactement faire aimer à planter des arbres».

Rapidement devenue manifeste mondial écologique, mais aussi humaniste et politique, elle raconte l’histoire d’un humble berger solitaire qui «avec une obstination dans la générosité la plus magnifique» plante jour après jour, graine après graine, des arbres. Dans les Alpes de Hautes Provences, inlassablement, dans une solitude totale, il a ainsi fait ressurgir en près de quarante ans une forêt immense qui a ressuscité toute une région en ruine et désertée.

Entre « l’homme qui plantait des arbres », ce paysan sans culture, berger solitaire, acharné, généreux, frugal, serein… et le public hasardeux de la Ferme du Bonheur de Roger des Prés qui restaurent quatre hectares souillés par presque deux siècles d’urbanisme brutal, c’est la même métaphore : la lutte à l’œuvre en chacun de nous pour affirmer une force de vie, de proposition, d’invention à agir sans relâche.

Depuis quelques décennies où la conscience écologique s’alarme de plus en plus violemment, cette histoire inventée par Jean Giono retentit à nouveau, réaffirme un message d’espoir. Si elle est imaginaire, on sait pour autant que nous sommes de plus en plus nombreux à œuvrer pour inventer un autre modèle de société, en groupe, collectifs, communautés... ou seul, comme par exemple Sebastiao Salgado, le célèbre photographe et sa femme qui ont ressuscité le domaine agricole familial détruit par le diktat agro-industriel de la génération précédente, ou encore comme Jadav Payeng, qui dès son adolescence et pendant une trentaine d’années a fait d’un ban de sable sempiternellement sapé par les crues du fleuve Brahmapoutre en Inde, une réserve qui défie l’entendement...

Dans sa mesure propre, la Ferme du Bonheur tente sa part... au cœur d’un territoire des plus brutaux de la métropole parisienne, à l’ombre du quartier d’affaires de La Défense. Sur quelques quatre hectares, en attente de «promotion» immobilière, Roger des Prés, fondateur, accueille depuis vingt quatre ans tout ceux qui n’auraient jamais dû se rencontrer : artistes sans nom, paysans d’opérette, gens de la marge et du sommet, militants sans église, moutons noirs et jeunes loups... et avec eux invente de la culture dans le sens le plus terrestre et immatériel. C’est la Fabrique du Pré, comme l’imagine Francis Ponge.

«Parfois (je pourrais dire aussi bien par endroits), parfois notre nature (entendez aussi bien la nature sur notre planète et ce que chaque jour à notre réveil nous sommes), parfois notre nature dans le même instant et le même lieu nous dispose et propose, nous incite et invite à un pré.
La parole aussitôt s’enfle dans notre gorge : nous nous croyons au Paradis».

Plus concrètement, le PRÉ de la Ferme du Bonheur c’est le Parc Rural Expérimental.

D’abord la Ferme du Bonheur, une friche urbaine issue de la démolition d’une école du début du XXème siècle où désormais, autour d’un théâtre de tôles, de bâches, de poteaux télégraphiques -le favela théâtre- et d’une salle-parquet de bal forain, s’ordonnent écuries, bergeries, basse-cour, jardins, verger, vigne, potager, ateliers et caravanes.

Ensuite le Champ de la Garde, à 5 minutes à pieds et à moutons de la Ferme, la dernière friche sauvage et libre de la ZAC qui vient prolonger le fameux Axe historique depuis les Tuileries jusqu’à… l’infini… Quatre hectares sur lesquels, le 28 décembre 2008 (au lendemain de la destruction de la parcelle voisine où l’on trouvait -entre autres- «la goutte de sang», un joli petit papillon rouge et noir qui disparaît d’Europe), nous décidions avec le public présent de «prendre autorité (pas le pouvoir mais la responsabilité) commune, spontanée, précaire, aléatoire... libre.» Dès lors, d’abord un dimanche par mois puis rapidement tous les dimanches et enfin tous les jours, nous nettoyons, dépolluons, amendons, enrichissons, semons, plantons, aménageons... À LA MAIN, créons un véritable paysage rural, au sens le plus pittoresque -avouons le- du terme, inspirés de tous les paysages du monde et des temps... comme les Alpes de Hautes Provence…

C’est donc en marchant sur ce territoire que Roger des Prés raconte «l’homme qui plantait des arbres», avec l’aide de Jaki, ex-SDF hébergé chez nous depuis huit ans, devenu berger de la Ferme du Bonheur, nos moutons et Dakodak, la chienne Border Collie. Tour à tour au cœur du vertigineux chantier urbain «désolation sans exemple, terre sans abri...», dans les jardins de l’Université voisine de la Ferme «où l’on rencontre des hommes et des femmes bien nourries, des garçons et des filles qui savent rire et ont repris goût aux fêtes», au Champ de la Garde où «le spectacle est impressionnant», dans le favela-theâtre de la Ferme où le berger « [vous fait] partager sa soupe», vous vous promènerez d’une station à l’autre, écouterez les mots de Giono, laisserez votre esprit vagabonder, « prendrez rendez-vous avec vous-même, chacun, dans la persévérance de votre désir, son activation, au-delà des limites et du raisonnable, sa force d’écriture du réel, de création et de transformation… de nos mains, de nos vies, de notre monde ».

DATES et HORAIRES DES REPRESENTATIONS :
Mercredi 25 mai : 20h26
Samedi 28 mai : 20h30
Dimanche 29 mai : 20h31
Mercredi 1er juin : 20h34
Et dans le cadre de l’opération nationale « Le RDV aux Jardins », Giono en final d’un week-end complet de 1001 activités agro-poétiques sur les terres de la Ferme du Bonheur, « La Fabrique du P.R.É » : Samedi 4 juin : 20h36 / Dimanche 5 juin : 20h37
Mercredi 8 juin : 20h40
Samedi 11juin : 20h42
Dimanche 12 juin : 20h42

Réservation : 01 47 24 51 24
Tarifs : 15€ /12€ / groupe nous consulter

Published by La Ferme du Bonheur
commenter cet article
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 14:46

THEATRE | DANSE | IMAGE

du samedi 14 au vendredi 20 mai 2016 à 21H (relâche le lundi)

"Marie ou la chambre claire" d'après Robert Walser


"Marie" est une nouvelle de Robert Walser, publiée dans Poetenleben en 1917.

Dans le lointain du théâtre, entre enquête et labyrinthe, on retrouve des bribes de cette histoire : un narrateur est attiré par une jeune femme qui semble vivre dans la forêt. Elle se dit, d'un trait, après l'amour, dans un geste d'abandon tel qu'il ne peut que provoquer un vertige et faire douter de sa véracité.
Investigation sur le portrait, cette composition s'appuie sur une partition chorégraphique faite de gestes quotidiens, seul ADN d'une identité possible, mais aussi sur la projection d'images et de photographies. C'est l'image de soi, le geste de se dire et, par extension, le processus de fixation d'une présence que nous interrogeons : le portrait conserve mais ment déjà, parle déjà d'un révolu, d'un mort, d'un spectre...

Avec : Marie-Geneviève L'Her, Jean-François Favreau et Michel Courret
+ d'infos sur la compagnie l'homme ivre ICI

Tarifs : 15€ / 10€ / groupe nous consulter - Réservations : 01 47 24 51 24
Vous êtes les bienvenus à partir de 19h30 pour prendre un verre, grignoter

Published by La Ferme du Bonheur
commenter cet article
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 11:30
ANNULATION / Electro d'bal "Saint Robert" - samedi 30 avril 2016

On ne s’étendra pas sur une fête électro reconnue comme une des plus belles de la métropole!
On aime ça, cette sur-énergie puissante, cette ardeur, cette jeunesse, ce gros son…
Ça danse !

30 avril 14h-22h
12€

Pour acheter votre billet, c'est par ici

Published by La Ferme du Bonheur
commenter cet article

Présentation

  • : La Ferme du Bonheur
  • La Ferme du Bonheur
  • : La Ferme du Bonheur est une cellule de recherche et de réflexion sur l’Homme et la Terre qui utilise la culture sous toutes ses formes (théâtre, musique, danse, arts plastiques, cinéma…) mais aussi l’action sociale et la pédagogie…ou encore l’urbanisme, l’architecture, l’environnement, l’agriculture, l’écologie…
  • Contact

Livre

La Ferme du Bonheur

http://www.actes-sud.fr/sites/default/files/couv_jpg/9782742763894.jpg

Edition Acte Sud

Disponible chez :

Piceminister

Amazon

Recherche

NDLR

La culture, mot et concept est d’origine romaine. Le mot "culture" dérive de « colere » - cultiver, demeurer, prendre soin, entretenir préserver - et renvoie primitivement au commerce de l’homme avec la nature en vue de la rendre propre à l’habitation humaine. En tant que tel, il indique une attitude de tendre souci, et se tient en contraste marqué avec tous les efforts pour soumettre la nature à la domination de l’homme.

Hannah Arendt, La crise de la culture.